MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Sensiblement pareil, et pourtant

Il est question d’un départ, l’on pourrait croire à un nouveau départ, ou au même départ, voir à un faux départ, mais de ces trois, il n’en est pourtant rien. Et pourtant, c’est un départ, sensiblement pareil, mais différent.

Voyez vous, dans la quête de ma propre exploration, du fait du minimalisme, qui n’est qu’une piètre excuse pour trouver la raison, le “meaning my life” que j’explore depuis quelques années, et profondément depuis quelques mois.

J’ai débuté par un voyage depuis la suisse, et tout liquidé sur place, afin de partir vivre dans mon dacia duster, et ça, c’était le “grand départ” enfin c’est ce que je croyais.

Quelques mois se sont écoulés, et le temps passé dans mon véhicule était une belle exploration. J’entremêlait des cours de surf, puis de kitesurf, du temps sur la plage, prodiguer des soins énergétiques, et prodiguer des hypnoses à distance et en présence. des soins et séances de thérapie reçues également, et des rencontres humaines magnifiques. Tout cela, sans compter bien entendu les blessures, car la vie avait un plan, quand bien même je n’en avais pas conscience.

Voyez vous, en surfant, j’ai réussi à me casser un orteil 3 fois, oui 3 fois… puis le temps de plage, un autre orteil… 2 fois. Là, j me suis dit, y’a quand même un truc, et j’ai exploré la métamédecine, la réflexion sur les blessures psycho-somatiques, et j’en passe. Puis j me suis dit, j’ai envie de faire du kite-surf, Génial, on est a Fuerteventura, soleil, mer, conditions sublimes, j’y vais… je me lance.

Et si je vous disais que là, au moment ou je commence à bien kiffer le kite, j’écrivais un post après 4.5 mois ici, j me sens bien, je commence à prendre confiance, je me pète un petit doigt, qui n’est pas encore remis, et que 10 jours plus tard je finis dans des rochers avec le kitesurf, et que j’ai la main ouverte totalement, 10 points de suture et actuellement en phase de faire 6 semaines de récupération, rétablissement ?

Ce que ça a fait et changé ? 6 semaines, sans pouvoir se mettre à l’eau, ni aller à la plage pendant 1 mois, alors qu’on vit sur une île bordée de mer, de plages, de gens qui surfent, kitesurf, bodyboard, bronzent… Bin ça bouscule bien la vie qu’on imaginait avoir…

Bref, pour la faire courte, j’ai repris un logement, donc moi, mes sacs à dos, toutes mes affaires, se sont retrouvées dans un logement courte durée, empilés, entassés, car j’ai vidé la voiture entièrement afin de faire un peu de tri en passant.

La violence du retour entre 4 murs est surprenante. Chaleur, pas le son de la mer, pas le vent pour aérer tout le corps, rien de tout cela. Et pourtant, internet, électricité, douches, frigo… plein de commodités. Donc il y a bien entendu des avantages, c’est non négligeable.

Ce que j’en ai appris, mais il m’aura fallu 6 mois quand même… c’est que l’île avait un plan qui n’était pas le fun, surf, kite que j’imaginais. Non, non, car sinon, pourquoi le tout serait allé crescendo ? la casse avançait de plus en plus grave… quid de si je n’avais pas écouté ce signe à la main ouverte ? Je n’en sais rien, personne ne le sait, mais cependant, ce que je constate, c’est que depuis que j’ai décidé de me remettre à mon introspection, mon intériorité, des choses changent en moi, à l’extérieur, et partout.

Puis, s’en est suivi un décès, mon beau-père, départ en Bretagne, il était important pour moi d’y être, passer du temps avec ma belle-famille, les cousins, la cousine d’Isa, les enfants, et du monde sur place, et poursuivre un parcours de deuil que je n’avais pas complété dans le même temps. Un allez-retour qui m’a fait quitter l’île pour la première fois en 6 mois, un choc culturel avec le retour en france, de végétation également avec la verdure et la température, et énergétique, car chaque lieu a sa fréquence.

Je ne vous cache pas que cet allez-retour a été intense, et le retour également, temps de se réadapter à nouveau et faire ce chemin intérieur qui se poursuit le long d’une vie.

Aujourd’hui, il s’agit d’un nouveau saut quantique… car oui, je repars en suisse, mais ça n’est pas sans avoir campérisé mon duster un petit peu à l’aide de Thomas Mercier, un gars topissime sur l’île, aux multiples talents, un mec qui a fait le caméléon, et dont les histoires valent sa déconnade et ses compétences et sa simple présence.

Maintenant, c’est bien joli d’avoir campérisé, mais Olivier, t’en es ou de ton bordel ? Bin euh… j’ai donné un sac de fringues à Marcus pour son sac de frappe de boxe… j’ai viré qq trucs… Oui ok, t’es gentil, mais avec ce que t’as rajouté, t’es comment là ?

Bin à vrai dire, c’est un peu le chaos. J’ai toujours 3 sacs à dos, et j’ai maintenant de quoi organiser, ranger mes affaires dans mon Duster. Ce qui fait que j’ai trié un peu… et j’ai en tout cas 2 sacs dont le contenu ne me sert à rien, oui, à rien. Attaché à moi, là, comme une moule à son filet, et qui ne me sert pas plus que ça.

Tu sais, ce sont des sacs à dos, c’est quand même dingue, certains ont des valises, moi j’ai des sacs à dos, et si on prend la métaphore, elle est sacrément belle, ces sacs à dos, de souvenirs, de choses qu’on a, qu’on garde, qu’on porte, qui nous pèsent et dont on n’est pas prêts à se libérer ?

Bref, je crois que t’as compris le topo. Car même si tu vas chez un thérapeute, ne crois pas qu’il a tout réglé, ça serait un gros menteur égotique. Chacun a son chemin, ses affaires, ses briques et ses sacs à dos ou valises.

Donc l’étape suivante, c’est un retour en suisse, pendant 3 semaines, et une remontée et redescente sur 10 jours chacune, puis… une formation à la kundalini, afin de développer encore un peu plus mes perceptions et sensations, je me réjouis, t’imagine même pas.

Mais en attendant, ce départ est sensiblement pareil, et pourtant… Car j’ai une partie de moi qui ne souhaite pas partir, et une partie qui se réjouis d’y aller. Une part qui retourne en suisse comme on va en vacances, et une qui se dit : “La maison, c’est où?” et c’est ici, je le sens, en tout cas pour quelques temps, à fuerteventura.

Un retour à vivre dans la voiture, après 6 semaines en logement. Mais un retour à plat… et pas en travers, car j’ai équipé correctement. Un retour en été avec grandes températures, du monde en espagne, pas Chill de l’hiver sans personne.

Un retour en 3 étapes, genève, champéry, la Chaux-de-Fonds, ou je me réjouis de revoir ma fille, mes amis, la famille, et plein de gens que j’aime. Un peu comme je le faisais à Majorque, à Noël. Analogie intéressante de ce nouveau parcours, car c’est d’une île que je repars, pour revenir sur la terre ferme, naviguer, voguer à nouveau vers l’inconnu, comme me disais Carine, une amie qui a le mot juste, lors de ma première traversée.

Tout ceci pour te dire que l’inconnu, le renouveau, le nouveau départ, c’est tout le temps, c’est ici, maintenant, demain, hier, c’est chaque seconde. Se délester du passé, non pas du souvenir, mais de l’attache qui empêche d’avancer, afin d’ouvrir la porte à un renouveau. Explorer ton monde intérieur, tes perceptions, ta tristesse, ta joie, tes expressions d’amour, tes émotions, ça n’est jamais vain, et c’est une sublime aventure… c’est toujours un nouveau départ.

Meaning my life, par du minimalisme, par des transitions, des sauts quantiques, des voyages, des rencontres, c’est absolument magique, et si la vie met devant toi ce que tu pense être des obstacles, imagines toi simplement que ce sont juste, si tu étais un oiseau, des embranchements d’un labyrinthe dont toi seul est le héro, et dans lequel tu vas rencontrer de sublimes compagnons de route, certains vont bifurquer, d’autres vont partir, de nouveaux vont entrer, et au final, mis à part cela, un baluchon fera l’affaire au héro voyageur intrépide que tu es.

Allez, j te laisse, je file, suite à la prochaine aventure.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Se déposséder pour se reconquérir

Tu t’imagines, tu vois la vie, tu sais, ces codes, ces cases à cocher que l’on nous vend depuis l’enfance. Mais oui, tu sais, fais des études, passe ton permis, un copain ou une copine, puis un job, un appartement, peut-etre une maison, un animal de compagnie, le mariage, un enfant, là on te dit, deux ? si tu te lances dans deux, on te demandera.. à quand le troisième ? Puis viennent les petits-enfants, et j’en passe. Et si, tout ceci était un programme qui n’a aucun sens pour certains, et qu’il serait bon de se déposséder pour se reconquérir.

Comment se déposséder ?

L’idée de se déposséder c’est de faire un chemin de réflexion sur soi, une grosse introspection, sur les codes qui nous conviennent ou ceux qui ne nous conviennent pas. C’est peut-être accueillir nos imperfections, et nous offrir une table rase, selon nos codes, nos envies.

Il n’y a donc pas d’âge pour cela, ça peut se faire dès l’adolescence, l’âge adulte, et surtout, apprendre à se délester de notre besoin de posséder, d’avoir plus, de savoir plus, de faire plus, toujours plus, plus, plus, dans la checklist de la possession de notre âme, ou de l’amour de nous.

Il y a diverses manières de faire pour se déposséder, et ça commence par le matériel, moi j’ai commencé par un stylo et j’en suis actuellement à vivre dans un Dacia Duster aux Canaries, à prodiguer des soins à distance et à explorer la simplicité du rien, du vide, de l’inconnu.

Ensuite, viennent les relations sociales, et parfois la plus complexe peut-être la famille. Je ne dis pas que tous doivent se déposséder de leurs relations sociales, mais certaines ont besoin d’être libérées, remerciées, et bloquées afin de retrouver ses marques. Est-ce un manque d’amour ? Non, clairement pas, par contre cela pose le cadre de la non-redevabilité des actes de nos parents ou de nos actes. Nul n’est redevable de rien, quelque soit la situation, et malgré ce que la société ou nos codes tentent de nous inculquer.

Si une chose a été effectuée, offerte, donnée, transmise, c’était le cadeau, et il n’est pas de retour obligatoire, ni d’etre redevable, car ça, ça n’est pas de la reconnaissance.

Une fois les relations, les biens dépossédés, on réalise souvent qu’avec le peu que l’on a, c’est déjà beaucoup. Personnellement, j’en suis à 4 sacs à dos, et vous me direz peut-être que c’est car je vis dans mon Duster que ça semble beaucoup, mais en même temps, as t’on besoin de choses qui ne nous servent pas, ou qui font partie d’une autre vie, d’un autre moment, d’un autre aspect qui ne résonne plus actuellement ?

Se reconquérir

Une fois ce chemin de dépossession effectué, et ça se fait comme un oignon, il est bon de passer par son âme, son être, qui l’on est, ceci par un travail de thérapie. Cela peut-être tout d’abord par de l’EFT, du coaching, ou comme je le pratique, de l’hypnose, auto-hypnose, méditation et soins énergétiques, tout en s’offrant ce cadeau de se libérer de nos parts “briques” de notre sac à dos.

Nous pouvons ainsi explorer les codes établis, ceux qui ne nous n’avons pas souhaité, ceux auxquels nous avons réagi depuis des années, et ceux qui créent en nous des vibrations dissonantes. C’est un peu une forme de chemin de compostelle, une redécouverte de nos énergies, de nos vibrations, de nos envies.

Il faut savoir qu’en faisant ce chemin de se reconquérir, nous libérons encore, nous dépossédons encore, car nous déposons ici et là des parts identitaires, des parts de notre égo, et réorganisons notre propre cadre de vie, afin de pouvoir observer différemment ce qui nous est offert.

Se reconquérir, c’est s’offrir la vacuité, c’est s’offrir ces moments à soi, peut-être un jour, une semaine, libre de toute attache, enfants, famille, amis, travail, téléphone portable. C’est s’offrir l’inconfort de penser, de ressentir, c’est s’ouvrir à la vie, à la beauté de qui nous sommes.

Se réinventer

Comme notre vie, l’univers, et les énergies, nos états sont cycliques, et nos réalisations également, ainsi, nous allons escalader la montagne, peler l’oignon, découvrir d’autres couches, de la transparence, de nouveaux aspects. Explorer une forme de nudité, tant physique, matérielle, identitaire que psychologique, et ça, ce que je peux vous dire, c’est que c’est vraiment intéressant.

Personne n’est préparé à l’inconnu, et pourtant nous le vivons tous les jours. Nous souhaitons, avons des désirs, des envies, et du contrôle sur ce qui doit se produire, comment ça doit se produire, et avec qui. Nous swipons, les gens, relations, jobs, activités, car nous sommes des monogames en série, des zappeurs inconditionnels. Nous croyons dur comme fer que nous sommes différents, et pourtant, qu’est ce qu’on mange, y’a quoi à la télé, on fait quoi ce soir, et j’en passe fait partie du quotidien de bien des gens, et des familles.

Un gros “je ne sais pas, et je m’en fiche, ça sera juste” est une belle réponse à l’inconnu, celui de la seconde qui suit, du jour qui suit, de la vie qui suit. Est ce que ça veut dire ne rien faire pour se réinventer ? Non, clairement pas, mais ça veut dire aller avec ce que l’on ressent, notre alignement, notre coeur, et nos envies, celles du moment, de l’instant.

Se réinventer, c’est oser être le champ des possibles, c’est découvrir notre âme, c’est nous ouvrir à ce que nous n’avons jamais osé, car nous avons déposé nos croyances, limites, dépendances, incongruences, et autres facteurs externes lors de notre chemin thérapeutique vers nous.

Vivre simplement, vivre pleinement

Cet oignon, ces expériences, ces aventures ne sont pas anodines, certaines vont bousculer, car quand l’on chemine, l’on se transforme, nous déplaçons des pièces dans la conscience, et certaines personnes ne sont pas prêtes à voir ces pièces se déplacer, ces cordes bouger, et cet ancien monde se dissoudre, ou s’effondrer comme un château de cartes.

Dans le retour à soi, à la simplicité de la vie, parfois on ne fait rien, rien du tout, on explore le fait de respirer, de voir le soleil, de manger, de revenir aux besoins primaires de maslow, et en même temps, cela nous offre à nouveau l’ouverture à notre esprit, à nôtre coeur, aux manques, ou aux envies, et à ce qui nous inspire, dans la simplicité.

Une fois dépossédé, reconstruit, réinventé, nous accédons à un autre état d’être. Très souvent incompréhensible à ceux qui n’ont pas fait ce chemin, et il n’y a ni bon, ni mal à cela. Nous ne sommes pas dans l’apologie ou le dogme de cette dépossession, ni de celle de devoir faire comme nous. Nous faisons cela pour nous, pas contre l’autre, ni pour l’autre… juste pour nous. Ainsi, nous apprécions également ce fossé qui peut se creuser, et les nouvelles rencontres que cela va nous offrir, afin de nous aligner à de nouvelles énergies.

Nous retrouvons goût à des choses simples, des choses complexes, à la saveur de l’instant, à la joie pure de l’existence, tout en sachant que la vie est faite de hauts et de bas, et qu’ils font partie des choses sur lesquelles nous surfons, plus facilement, sans accroche, sans animosité, car ils sont la vie, simplement.

Une tranche de vie…

Je suis arrivé à FuerteVentura, après cette magnifique grippe, crise de guérison, qui est encore en cours de libération, pas à pas, et j’ai pris un cours de surf aujourd’hui. Pour certains c’est simple, pour ma part, c’était un chemin, de m’offrir ce retour à l’eau, cette reconnexion, accepter également de ne pas arriver à me lever, accepter la complexité du sport, les muscles qui font mal, et me dire que je souhaite y arriver, juste pour le plaisir, sans dogme ou obligation.

Ensuite, côté confort matériel, j’avoue que je pourrais rajouter quelques éléments de confort à ma vie en SUV, par exemple, en effet, trouver un van au lieu du SUV. Ca ne changerait pas ma problématique qui est un apprentissage du cheminement.

Donc une solution intermédiaire serait de me trouver un coffre de toit, des barres, histoire de poser mes sacs à dos, restructurer, et avoir plus d’espace dans “ma maison sur roues”, pour la rendre plus confortable. Je sais également que le temps fera son affaire, soit parce que je décide d’investir dedans, soit parce que je décide de faire un peu de bricolage pour me permettre ce confort, petit à petit.

La suite du cheminement nous met face à nos parts qui se transforment. Ainsi j’ai passé par de jolis soins énergétiques, et par des interactions humaines qui m’ont également montré, si je n’avais pas encore compris, que l’amour de soi, l’amour tout court, ne provient que de nous-même, et que, si nous nous laissons affecter par ce que pensent, disent ou écrivent les autres à notre propos, en les blâmant, les jugeant, ou en nous blâmant ou jugeant, nous sommes encore en chemin.

Ainsi, c’est une exploration de soi, de l’amour, de la vie, de l’espoir, et du non-attachement qui nous est offert sur ce chemin de dépossession, reconquête, et réinvention de soi, et, convaincu de la beauté du parcours, des rencontres, et de ce que l’on laisse derrière, je ne puis que le recommander à chacun d’entre nous.

Et vous, la reconquête de vous-même, vous en êtes ou ?

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Libères toi de ton passé matériel

Trop de bordel tue le bordel, et l’encombrement matériel va embuer ton esprit, te garder esclave de tes objets, dont tu ne saura plus, avec le temps, te défaire, car la complexité de se libérer de son passé matériel est simplement gitantesque.

On parle souvent des personnes au syndrome de Diogène, autrement nommé la syllogomanie, est le fait de garder tout ce qui nous passe par les mains, mais finalement, qu’en est il réellement de nos biens matériels, et à quel stade un comportement d’attachement aux biens est il une phase plus soft d’un Diogène?

Bon, clairement y’a des variantes et je ne vais pas dire que chacun d’entre nous est un Diogène en puissance, mais … mais quand même, y’a du vrai dans une partie de tout ce que l’on accumule.

Quand tu vas dans ta cave, tu réalises que tu as bien des objets dont tu souhaitais te débarrasser, mais que tu ne l’as pas fait, car “au cas ou”, ou “on ne sait jamais”.

En fait, ce qu’il est intéressant de savoir, c’est qu’énergétiquement, et pour le subconscient, tout ce que l’on accumule nous embarque avec son énergie, et chaque bien que l’on a a été manipulé par plusieurs personnes, donc est chargé en énergie.

En lithothérapie par exemple, les pierres se chargent et se déchargent, et doivent être nettoyées régulièrement, et il semblerait que chaque objet soit de la même nature. Ainsi, quid des objets que l’on garde d’une personne que l’on n’apprécie guère, ou des choses de nos Ex-compagnons ou compagnes ? Nous nous chargeons d’énergies négatives que l’on garde auprès de nous, au lieu de nous en détacher.

Ainsi, les biens cassés, dégagent également une énergie à charge négative, et d’autant plus qu’ils prennent souvent la poussière.

Alors si toi aussi, t’en as marre des dogmes de l’achat, mais que t’as pigé que t’avais besoin de moins, alors je ne peux que te recommander de faire encore un peu de vide grâce à la méthode 1, 2,3 que j’ai mise en place pour revenir à l’essentiel.

Pour te libérer, et libérer ton subconscient, et tes énergies personnelles de tout ce qui t’encombre, il est essentiel d’avoir de la gratitude, pour ce que tu as, et ce que tu as eu, mais tu peux, par la suite, t’en séparer en remerciant simplement de l’avoir reçu, et le transmettre plus loin.

Un autre élément important dans cette phase de reconnexion à toi au niveau énergétique, est de te libérer des “Tas” ou des “Piles” que tu as accumulées dans chacune de tes pièces. Peut-être as tu des boîtes, des cartons, des caisses, ici et là, et chacune d’elle chahutent le flux d’énergie, le FLOW de la pièce, et ainsi perturbent ton équilibre.

Tu peux donc sentir cette sensation de libération et de bien-être au moment ou tu limites ce que tu laisse traîner dans chacune de tes pièces.

Des caisses tu rangera, des cartons tu disposera, des papiers tu te débarrassera, et de ce qui ne te sert pas ou plus, tu vendra, donnera, liquidera et ainsi ton énergie tu récupéreras.

Une fois ce pas terminé, une suggestion n’est pas coutume, pourquoi ne pas simplement t’offrir de la sauge, ou de l’encens, ou du bois de Palo Alto, et de le laisser brûler, afin de nettoyer les énergies de la pièce, ou faire appel à un GéoBiologue pour créer un incroyable nettoyage énergétique de ton lieu de vie.

Une fois l’aspect matériel effectué, il est temps de passer à un nettoyage énergétique de l’humain, ou un clean-up & Reset par voie de Subconscient, pour déprogrammer ce qui a lieu d’être, et remettre la vie en parfaite harmonie.

Si toi aussi, ça t’intéresse, et que t’as envie d’explorer, alors je te laisse aller découvrir ce qui se trame derrière ces divers articles, et ce site, pour mieux accéder à la simplicité qu’est la vie, et la beauté derrière toute cette légèreté.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Se reconnecter à sa lumière

Parfois dans la vie, des événements, des situations, des tranches de vie, rarement simples et plaisantes, nous forcent à nous reconnecter à notre lumière. Cette année 2020 est pour moi une nouvelle de ces années, comme je pense pour bon nombre d’entre vous si vous passez par ici, pour découvrir ce blog.

La reconnexion à sa lumière (j’ai envie de dire divine) à chacun la sienne, c’est un peu cette clé de voute, à mon humble avis, de repenser tous ses schémas, ses programmations, ses codes, et vivre sa vie selon ses propres codes.

En 2020, la planète bouge, les manifestations grondent, la vie se tasse, se renferme, les gens portent des masques au propre comme au figuré, l’école passe à domicile, les enfants sont masqués, des amis s’en vont, des couples se séparent, ma femme décède… Non, ce n’est pas “Game Over” malgré que le Boss du niveau 20 a bien claqué tout ce qu’il pouvait y avoir à claquer.

En la vie il est temps de croire, en la lumière il est temps d’espérer, en l’univers il est bon de se tourner, et en soi il est bon d’observer, afin de trouver la lumière qui nous portera le long de notre chemin.

Ainsi, me voici à poursuivre mon chemin, celui du soin, à autrui, à moi-même, la photographie, des gens, à voir leurs âmes au travers d’exploits sportifs, de l’enseignement, à des personnes de + de 55 ans ne sachant pas se servir d’un ordinateur… la boucle est bouclée, c’était mon argent de poche quand j’avais 12 ans.

Mais en cela, leçon à tirer il y a, et pour ma part, c’est la vie, le temps, et le trésor que le temps est. J’aurai donné des millions pour avoir des heures, des jours de plus auprès de la femme que j’aime et que j’ai aimé. Refaire le monde, le jour de la marmotte, revenir, trouver une solution, avancer, trouver la clé… cette putain de clé permettant d’avancer encore un peu de concert, toi et moi, Isa.

Aujourd’hui, comme je le disais le soir ou tu es partie, faire le grand saut, car c’était cela, être juste, accepter qu’il était temps pour toi de quitter ce corps physique, pour renouer avec la lumière, avec ta lumière divine. Alors non, renouer avec la lumière divine ne veut pas dire s’en aller physiquement, bien entendu. Pour certains si, pour d’autres non, mais c’est dans le chemin que nous prenons que la lumière et l’amour prennent forme et tournure.

C’est ainsi qu’il est bon de poursuivre ses rêves, et que minimalife permet, à qui bon aimerait le lire et en tirer des éléments de réponse, de trouver ici et là, au travers de ces ébats verbaux, un peu de réconfort et de douceur oh combien nécessaire.

Se reconnecter à la lumière, c’est apprécier tout ce que l’on a. Un sourire, un moment avec les parents, un mot avec des amis. Préférer peut-être un coup de fil à un mot sur Whatsapp ou réseaux sociaux. Envoyer une photo à un ami, pour lui rappeler qu’on est là, et qu’on pense à lui, car on en a envie, et pas pour sa réponse.

C’est aussi prendre des décisions, et pour ma part, le minimalisme se poursuit. Passant d’un 220m2 à un 140m2 à un 65m2 environ, j’ai du trier, faire le vide, et en me retrouvant là, seul, face à moi-même, mes craintes, mes doutes et mes démons, j’ai réalisé que le matérialisme était encore présent, bien entendu, avec la grande gratitude que j’ai d’avoir tout cela.

Cependant, la merveilleuse part de cela est de me questionner sur la nécessité de tout cela, et sur mon besoin profond d’avoir tous ces biens matériels, et je poursuis avec plaisir et amour, la réduction, ici et là, en vidant mes placards, mes penderies, et en observant mes comportements d’achats (ou de non achats).

La vie me mène à plus de partage, à des connexions divines, à des lectures énergétiques, à de l’hypnose afin de m’approcher plus du féminin sacré en moi. C’est ainsi que parfois, des lourds traumas, des situations de désamour de soi, de troubles de la sexualité, d’alcoolémie et j’en passe viennent à moi, de par les personnes en ayant besoin.

La lumière, la reconnexion à la lumière, c’est apporter de la lumière à qui en a besoin. C’est permettre à ceux et celles qui sont dans l’ombre d’avoir accès à la lueur, d’y voir de l’espoir, de l’amour, et une profonde capacité à créer ou à se renouveler face à des situations extrêmes, et apprécier tout ce qui existe avec la plus pure gratitude.

C’est ainsi qu’en mode minimaliste, je poursuis mon apprentissage d’expériences, d’échanges, de partages, quand j’en ai envie. Que l’hypnose me permet de m’ouvrir à quelque chose de neuf, que les guides qui m’entourent m’apportent du soutien, et que mes envies de poursuivre une expérience d’existence nomade m’attirent de plus en plus.

Passant du temps avec ma mère, j’ai réalisé à nouveau l’importance du temps, et de ce trésor qu’il est. A 74 ans, une opération de la hanche il y a peu, elle gambade, se claque des monstres randos et après souffre de son opération et du remplacement de sa hanche. Je lui rappelle l’importance de s’aimer, et de remercier son corps pour tout cela, et n’oublie pas qu’il est important qu’elle prenne soin d’elle, de son compagnon, et que mutuellement ils s’aident, et s’apportent de l’amour.

Nul ne sait de quoi est fait demain, mais il est entendu que le matérialisme n’aidera en rien, au bout du chemin, si ce n’est à permettre, par sa liquidation, à gagner parfois quelques heures de plus avec eux qui, au fond, sont la raison de notre existence.

C’est pourquoi, il est temps de se reconnecter à notre lumière, à notre essence, à ce qui fait que l’on est au service de l’autre, au service du temps, au service de l’espoir et de la vie.

Ma réflexion porte sur la vie que je souhaite mener, et ce nomadisme, cette envie de liberté, qui au fond, je le sais n’est qu’intérieure si je veux bien me l’avouer, et que ce n’est pas la maison qui fait la liberté, mais la liberté intérieure qui n’est autre que mon centre, ma maison, mon véhicule, ce corps humain dont je suis constitué.

VanLife, Surf Life, Energy Healing life, hypnoLife, alors que je n’ai surfé que 15 jours dans ma vie, quelle est la quête ? Cette envie de grands espaces alors que je reste dans mon appartement une fois ma journée terminée… Une dualité particulière, que je ne sais expliquer. Mais une chose est certaine, l’observe la vie, sa beauté, et les moments clés comme une discussion dont l’importance est amplement plus grande qu’un bien matériel ne pourra jamais apporter.

Une chose est certaine, j’aime partager, transmettre, aider l’autre à s’aimer car j’apprends en même temps à m’aimer moi-même, et si, le temps d’un instant, ça vous dit d’explorer, alors je vous y invite… chez tout est juste, car c’est cela, malgré parfois, les tourments et la tristesse que cela renvoie… nous y sommes, chez nous, en nous, car là… tout est juste.

Ainsi je vous livre, sans détours, sans complexes ni réflexion annexe, cette part de moi qui, en un sens, je le sais, est une part de vous également. Le projet est en préparation, en maturation, et il sera bientôt temps de lâcher l’esprit et la réflexion pour passer à l’action.

Quelles sont les craintes, les doutes, les résistances, les réflexions, les limitations que l’on se pose, chacun, afin de ne pas aller au bout de nos projets. Comme si la routine devenait l’essence de la vie alors qu’on ressent profondément l’ennui d’une vie sédentaire tournant comme un hamster dans sa propre roue…Tine.

Désirer, aimer, respirer, vivre, explorer, sans complexe, dénués de nos couches d’oignons superficiels. Il est temps d’aller, de se mettre à nu, de se laisser aller à ce que l’on est vraiment, sans masque, sans artifice, afin de permettre à tout ceci, notre vie, de se réaliser selon nos propres termes. Car comme disent certains auteurs, notre deuxième vie commence quand l’on réalise que l’on en a qu’une… Et je crois que ces derniers ont bien cerné qu’il n’est nul question de l’âme et de son immortalité, mais bien de notre essence Humaine au travers de cette incarnation et de notre véhicule emprunté pour l’occasion.

Prenez soin de vous, et à très bientôt pour de nouvelles aventures sur la route de l’épuration intérieure au profit d’une simple expérience qu’est la vie.

>