MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Redéfinir la gratitude

T’es grincheux, tout le monde te fais chier, ou des situations te prennent la tête, t’en as marre de ce que font tes amis, ta famille, ton patron, ou autre. Ca peut-être souvent, ou un petit peu, ou parfois sur certaines situations, et sincèrement, parfois t’en prends conscience, parfois pas.

Déjà, la première chose pour se retrouver un peu aligné, c’est de réaliser et de reconnaître que vous êtes parfois grincheux, et que des situations sont hors de votre contrôle. Alors c’est clair, si on veut tout contrôler, ça devient hyper compliqué de vivre pleinement aligné et de manière relaxée.

Donc quel est l’objectif de tout ça ? Pour vivre mieux, et pour se sentir plus libre de toute situation, il est bon d’entrer dans un mode d’acceptation et d’amour. Car oui, tout est amour, et tout est juste pour vous au moment ou cela arrive. Parfois c’est une leçon à apprendre, un changement à adopter, une prise de position. Si quelqu’un vous dérange, ou déclenche une réaction chez vous, c’est votre côté obscur qui ressort, c’est une forme de dissociation de votre propre amour de vous.

La gratitude est une posture que chacun décide de prendre, et aujourd’hui, je décide de travailler plus sur cette observation de la posture que j’adopte. Suis-je en conflit, ou suis-je dans la gratitude de la situation, qui a un objectif unique… me faire comprendre que je suis en séparation avec la vie, et que j’ai à adopter une approche différente, une qui me fait me sentir plus ouvert, plus libre, plus grand que je ne suis.

Toute situation peut-être vue par le prisme de la peur ou de l’amour, et le prisme de la peur est celui de l’égo, le prisme de l’amour est celui de la gratitude. Certains d’entre vous me direz que c’est peut-être débile, car si on est malade, ou on a quelqu’un d’handicapé à la maison, on n’est pas dans le bonheur, c’est triste, difficile, complexe. Et là, je n’ai que l’acceptation en tête. Pouvez vous changer cette situation ? Avez vous le contrôle dessus ? En quoi pouvez vous voir du bon en cela, car vous n’avez pas de contrôle sur le fait que cela arrive ? Et si cette situation était là pour vous apporter un changement profond, et une sincère appréciation de ce que la vie vous enseigne et vous apporte ?

Quand une situation arrive dans notre vie, elle nous apporte forcément quelque chose. Est-ce un reflet de nous, de notre personnalité, de notre perception, de nos valeurs ? Ou est-ce pour nous préparer à ce qui va nous arriver ensuite, car plus on va dans notre obscurité, plus on sait apprécier la vie et sa lumière.

Une profonde introspection est nécessaire, et ce n’est pas facile. Il est temps de nous observer, d’observer nos interactions, nos discussions, nos actions, agissements, mais surtout, de en pas nous blâmer. Si je me blâme, je suis dans le jugement, et pourquoi être dans le jugement d’une situation passée sur laquelle je n’ai plus aucun contrôle, car elle est passée.

Observer, c’est être dans le moment présent, ressentir, percevoir quand on est dans le jugement, ou dans la gratitude, et y voir la peur ou l’amour. Si je me prends la tête avec ma compagne, suis-je dans l’amour, soit de moi, soit d’elle ? Est-ce que je tente d’avoir raison, ou simplement de percevoir que j’ai une chose à développer, pour me sentir plus léger face à cette situation, cette attitude ? Suis-je le reflet de ce qui se passe ? Est ce que je reproche un aspect que j’ai moi-même sur d’autres situations? En quoi ai-je besoin de me reconnecter à moi ?

Vivre dans la gratitude, c’est un état d’esprit, c’est savoir que le matérialisme n’est pas là pour combler le vide d’amour de moi. C’est accepter que m’aimer profondément va me libérer progressivement de tout besoin matériel. Attention, ça ne veut pas dire que je n’aurai pas de désirs, mais je ne serai pas dans un attachement au besoin.

J’apprends à vivre avec gratitude, et à remercier des belles situations, autant que des situations qu’on pourrait considérer comme merdiques, car elles sont là pour me guider vers une version de moi-même que j’apprécie plus, plus légère, plus sincère, plus authentique.

Si toi aussi tu veux être dans la gratitude, voici un petit exercice, et il se base toujours sur le même concept, tu sais, celui du minimalife, hein, meaning my life… oui, toujours les 3 aspects, car on peut les mettre en place sur quasiment tout, pour ne pas dire tout dans notre vie.

  • C’est utile et je l’utilise
  • C’est inutile, je ne m’en sers plus
  • C’est inutile, mais je n’arrive pas encore à m’en séparer

Comme tu le vois, avec ces 3 aspects, tu peux tout mettre en place, car si l’on imagine une situation de vie, et nos réactions. Si elles sont dans notre vie, c’est qu’elles ont eu une utilité auparavant, sinon elles n’auraient pas fini dans nos vies. Mais maintenant… sont elles utiles, inutiles, ou simplement on observe qu’elles sont inutiles mais on n’arrive pas encore à s’en séparer. L’objectif au final est de mettre cette 3ème catégorie dans une des deux autres, soit on la transforme en utile, soit on s’en débarrasse car elle est inutile.

C’est exactement comme si tu t’occupe de ton placard, ou de minimaliser ton bureau, tout fonctionne sur le même concept des 3 choix.

Tant que c’est matériel, tu peux le faire, tu peux poursuivre par tes câbles à trier, ou tu peux te libérer de tes livres, et encore de tout ce que tu as dans ta cave qui traîne depuis des lustres.

mais s’atteler à notre alignement, et notre mode de vie, ainsi qu’à nos émotions bien planquées derrière nos achats et nos besoins d’exister, ça peut sembler tellement plus compliqué, alors que finalement c’est d’une certaine manière très simple. Tout est question d’acceptation, et de mettre en place notre vie selon un concept de contraction du temps.

Une fois que tu t’es bien observé, et que tu es totalement honnête avec toi-même, tu sais, ce truc qui pique bien, qui fait mal, qui montre que t’es vulnérable, et que t’assume que cet aspect là, de toi, il te pose un problème, eh bien là, tu peux aller t’y atteler. Soit en méditation, soit en hypnose, tu peux passer par cette matérialisation du changement. Ton subconscient ou inconscient sait mieux que toi ce que tu es capable de faire, et tu décide de reprogrammer, donc de garder, trier, te débarrasser de tes vieux schémas.

Une fois que tu entres dans cette spirale, spirale positive, tu réalises que tu peux changer, et à chaque petit changement, tu es dans la gratitude de ce que tu observes, et tu poursuis ton tri, tes trois concepts, pour te sentir de plus en plus aligné, entier, centré.

Alors, t’as pigé ? T’es prêt à te faire du bien et à lâcher ce qui ne te sert plus ? les 1, 2, 3 du meaning my life, pour te retrouver en ton centre ? C’est parti… 1, 2, 3 ! A toi… t’es capable, tu es incroyablement merveilleux, et perso je crois en toi, alors fonce !

>