MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

15 cartons et un retour à mon être

Avoir, posséder, s’identifier à ses possessions, ou à ses dépossessions, à son travail, ses amis, son argent, sa voiture, ses connaissances, ou quoi que ce soit d’autre, une drôle de perspective quand nous considérons que l’on naît nus, et que l’on retourne à la terre dépouillés de notre propre enveloppe corporelle. C’est de ce constat que m’est venu aujourd’hui cette réflexion de meaning my life, et comment faire un retour à mon être au travers d’environ 15 cartons.

Toi qui me lis, ça va peut-être te paraitre totalement dingue, perché, ou congruent, et quelque soit l’avis que tu porteras sur cet article, tu auras raison, il sera juste pour toi, car l’essence de ce parcours est un retour à son être, à soi, revenir “à la maison” d’une certaine manière, et chacun aura son chemin.

Pourquoi 15 cartons?

Déjà, ça, y’a des chances que ça te fasse marrer, car 15 cartons, ou 16, en gros, c’est la tare pour mon Dacia Duster qui est mon véhicule actuel. Je peux stocker l’équivalent de 15 cartons et de quelques sacs à dos dedans, et c’est tout. Après, le reste, ça nécessite du stockage, un autre véhicule et une autre logistique.

A ça on peut se dire, mais euh, pourquoi ? tu comptes déménager ? tu comptes bouger ? Et je répondrai que je ne sais pas pour sûr ou je vais aller ou bouger pour le moment. J’ai parlé de Vanlife, de digital Nomadisme au travers des diverses activités que j’ai pu pratiquer durant ma vie, ou de voyage. Je ressens le besoin de la mer, de la simplicité, du voyage, du nomadisme au fond de mon être depuis des années, et là, c’est une forme de retour à mon être.

L’objectif est donc de réfléchir à chaque objet de mon appartement, de ma maison. Sa raison d’être auprès de moi, avec la gratitude d’avoir eu la chance de posséder comme de ne rien posséder, car ce n’est fondamentalement pas important.

De 220 m2, à 140m2, à 70m2 à je ne sais pas… en gros 15 cartons

J’ai souvent voyagé, parcouru quelques pays, vécu en Espagne, en France, en Suisse, et bougé au gré des métiers, rencontres, de la famille, des enfants, des projets, de mes envies et de ce que la vie m’a mené à découvrir. J’ai également parfois oublié mes propres envies, choisissant certains endroits pour ne pas “aller trop loin” ou “par respect familial”, et tous ces choix étaient ce qu’ils étaient, je n’ai aucun regret et apprécie chaque chose qu’ils m’ont appris.

Force de déménagements, de choses accumulées, de besoin d’avoir par envie, et par peur du manque, j’ai entassé, multiplié, eu des beaux objets et des plus simples, a pléthore comme bien des gens dans notre société occidentale dont les moyens le permettent.

Depuis quelques années, comme vous l’avez suivi, j’ai passé en mode de réduction, de minimalisme, non pas seulement le matériel, mais aussi l’émotionnel, spirituel, social, professionnel, afin de me reconnecter à la simplicité de “tout passe, même ça” et à un retour à mon être, à ce “meaning my life” afin d’y poser le sens qui me semble juste pour moi (et qui pourrait être totalement différent pour chacun de nous, avec un grand respect pour cela).

Réduisant, donnant aux oeuvres de charité, à des gens qui en ont besoin, jetant ce qui était abimé, je réalise maintenant que bien des placards, tiroirs, armoires, sont vides chez moi, et ça peut sembler étrange, mais bien entendu, je ne manque de rien, et ne me dis pas “purée si j’avais ça” matériellement (hormis le van peut-être, mais là, ça deviendrait un logement, ma maison, mon bureau).

Facile ou difficile ?

Sincèrement, là, je fais une séparation entre mes 15 cartons et ce que j’ai dans ma maison. Est ce que j’aurai plus que 15 cartons chez moi actuellement ? Oui, clairement.

Est ce que j’aurai besoin de ce surplus ? Potentiellement. Mais je réalise que ce que je vais laisser ici, peut se trouver ou je vais. Je parle de meubles, d’une lampe, d’une chaise, d’une table à manger etc. Symboles d’une vie, d’une relation, d’un lieu, d’un métier, sont ils tant nécessaires qu’ils doivent parcourir des kilomètres pour me suivre ? Clairement NON.

Il est donc un peu complexe de voir les 15 cartons actuellement, mais je sens que ce que je garde fais sens pour moi. Par exemple, au niveau mix du pro/perso, Je n’ai pas plongé depuis longtemps, mais ressens encore le fait que mon matériel personnel soit encore à mes côtés, le jour J, il pourra être vendu ou transmis. Mon matériel photo va servir encore quelques projets personnels, et le matériel professionnel pour les soins également à ce jour.

Je garde selon mes envies, je liquide les doublons, et sais qu’une planche à repasser, et autres objets du quotidien ici seront aisément soit trouvable en 2ème main, soit superflus.

Je poursuis donc ce processus de réduction, réutilisation, transmission, don, voir de vendre si ça dépasse 100CHF (sinon, mon temps et ma légèreté d’être passe devant)

Se déposséder pour se reposséder

Par ce chemin de dépossession, je retrouve la simplicité. le plaisir d’emprunter un livre sans le posséder, de recréer des liens, de profiter de la simplicité d’un sourire, d’un moment sur une terrasse, de pieds dans l’eau, d’amitiés, de complicité avec des échanges avec des amis ou la famille et principalement avec les enfants.

En faisant cela, je ne peux plus m’identifier à mes biens, à mon compte en banque, à mon job, car j’ai tellement exploré diverses facettes de l’être au travers les métiers d’informaticien, de graphiste, de moniteur de plongée, de prof de fitness, de photographe, et là dans les soins avec l’hypnose et les soins énergétiques que rien ne me définis.

Complexité des employeurs qui ne savent pas ou mettre les gens qui ne rentrent pas dans une case, et pourtant, essentiel chemin qu’est celui que je vois se tracer, sans savoir où il va me mener, ni quand, ni comment, mais que je sais nécessaire et si essentiel pour moi, et par ce biais pour d’autres. En faisant le vide, je me réalise, je m’explore, et je me permet de libérer mon agenda afin de pouvoir profiter de la simplicité du regard sur le monde.

Et tes meubles alors ?

Comme je le disais, je ne vais pas transporter des meubles d’un coté à l’autre du monde, que ce soit dans un van ou en nomadisme, et il est clair que, les petits éléments qui me seront très personnels me suivront. Cela peut-être sous forme de cadres, de photos, d’une ou deux lampes, de bibelots, etc. Et le reste n’a pas grande importance, quand bien même j’ai vraiment énormément de gratitude et aime mon logement actuel. En prenant le minimum, j’ai 4 chaises, donc 4 couverts, en mode BYOP, comme j’ai eu l’impression de faire, et pourtant… j’ai réalisé avec une année dans ce logement, que j’avais beaucoup quand même.

Et ce retour à l’être ?

Je réalise que dans ce chemin de retour à l’être, à ce que mon âme souhaite d’une certaine manière, c’est de réaliser que les possessions sont cruciales quand elles servent un bien commun. Cela peut-être pour apporter de la joie autour de nous, ou pour nous réaliser.

Se réaliser, c’est en d’autres mots, se mettre au service du monde, de l’humanité, non pas que par nos projets, par notre métier, mais par notre être, notre présence, notre allégement à une possession, afin de juste permettre à ceux qui seront sensibles à cela, de savoir que eux aussi, ils peuvent, qu’ils ne sont pas seuls.

L’exploration débutée il y a des années porte sur le fait que rien, rien ne me dématérialise, et en cela, tout un nouvel univers s’ouvre à mon champ des possibles.

Je peux être nu en pleine nature, sans avoir à boire, à manger, sans toit, sans possessions, sans métier, sans argent, que j’existe, je suis. Rien ne me définis, hormis le fait d’être, ici et maintenant, ou je suis et comme je suis, et en cela, j’apporte au monde un aspect, une facette, sans chercher à l’apporter, car tout simplement… Je suis.

Et la suite alors ?

La suite sera peut-être en van, peut-être nomade, je n’en sais rien, mais aujourd’hui j’explore cette dématérialisation des possessions afin d’explorer d’autres aspects de mon être, et de partager une vision de partage, d’humanité, de complicité, d’échange, de soins, de bien-être.

Libéré d’un dogme, d’une vision actuelle de la société, je ne suis pas attaché, donc par cela, je peux être libre d’une forme pensée… quand bien même parfois c’est compliqué, bien entendu, car cela va par vagues, de hauts, de bas, mais je poursuis avec joie cette exploration, menant à ce petit mais costaud … Meaning my life.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

La peur du manque et le minimalisme

Quoi ? T’es speed ? T’es stressé ? T’es dans tes peurs ? Non, mais sincèrement, t’es sérieux là ? C’est laquelle maintenant ? Ah la peur du manque… bref, tu l’as probablement pas encore identifiée, mais elle se cache derrière bien des choses de notre vie.

Tu savais qu’une des grandes peurs des gens était de finir malades et sans rien, genre sous un pont, seuls à agoniser? Bref, c’est peut-être fondamentalement la peur qui nous incarne le plus souvent, pas toujours sous cette image là, mais de diverses manières.

Un des aspects de minimalife est “meaning my life” et cela veut dire donner un sens à sa vie. Et parfois, c’est le doute, le questionnement. Savoir lâcher ce que l’on a pour ce que l’on pourrait découvrir sur le chemin du futur, et là… vient se déposer sympathiquement et délicatement, la peur du manque.

Tu en as probablement déjà entendu parler de celle là, et souvent elle prend deux formes, soit la radinerie, soit la générosité. Tu t’y attendais pas hein à la générosité ou à la radinerie comme deux faces de la même pièce. Et pourtant, les hyper-généreux sont flippés du manque, ou qu’on puisse penser qu’ils ont peur du manque, alors ils y vont dans tous les sens.

Une des complexités dans l’identification de la peur du manque avec le minimalisme, c’est professionnellement, ou dans le couple également. Bosser comme un acharné, amour du job ou peur du manque ? Sortir régulièrement et payer des verres partout ? Amour de l’autre, ou envie d’être aimé et peur du manque ? Je vous donne quelques exemples mais il y en a pléthore, ça fait juste réfléchir au schmilblick un petit peu.

Ici je suis en transition de vie, en train de questionner sur le nomadisme en Van ou en appartement ici et là en ayant le van également. Prodiguer des soins nomades, ça c’est ok, c’est établi, mais la manière n’est pas encore mise en place totalement.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que faire ce chemin de Guérisseur Nomade, et Digital Nomade en tant que photographe signifie qu’il est temps pour moi de libérer mon appartement actuel, de vider tous mes biens, et de faire le choix de ce qui compte, ne va pas finir dans un stockage annuel ou dans une cave. Et là, eh bien je peux vous dire que ça semble simple, et pourtant, c’est un aspect qui ne l’est pas.

J’ai vidé des placards, des meubles, je liquide, je donne, je vends (meme si sincèrement, l’emmerdement de vendre a 10 CHF pour le temps passé ne m’amuse plus, je préfère donner à qui en as besoin), et pourtant j’ai encore l’impression d’avoir des tonnes de choses qui ne me servent plus, alors que, je dirai que pour la majorité des gens voyant mes placards vides, ils ne comprendraient pas.

C’est là qu’on voit que les choses nous possèdent. Oui ce ne sont que des meubles, des choses, et pourtant ils sont le lien avec des histoires, des gens, des soirées, des autres parties de qui nous sommes, nos anciens métiers, notre “ancienne vie”, et en cela, vient la complexité. Comme si cette peur du vide, peur du manque, était intégrée à l’humain que nous sommes depuis sa sédentarité il y a des centaines d’années.

Faire un grand saut de ce type, requiert une confiance totale en l’univers, et en notre légitimité, ainsi qu’un accueil du fait que tout est là, et que tout est fluctuant, n’existe que le temps d’un instant ou d’un autre, et pourtant, nous apporte la joie de l’avoir, quand nous l’avons. Pour l’avoir fait à diverses reprises, c’est un challenge intéressant, tout quitter, tout vider, tout vendre, repartir de rien, à multiples reprises, et finalement… être toujours là, avoir des biens qui soutiennent ce que je fais dans ma vie, et profiter pleinement des gens que j’aime, car finalement, n’y a t’il pas que cela qui compte?

Le but de cette manière de vivre sur les termes de “meaning my life” est d’adapter sa vie, ses biens, son environnement, son travail, ses relations, avec amis, famille et proches sans peur du manque, et dans la plus pure expression de son être. Partir, voguer vers d’autres horizons ? oui, mais je ne connais personne, pas de repères, pas d’amis, de choses “connues”… peur du manque ? Intéressant constat, questionnement ouvert, depuis lequel je suis en train d’extraire l’essence de moi-même, tout en me sachant connecté à toutes, tous et toute chose de cet univers.

Et vous, Ou en êtes vous de ces aspects de peur du manque dans votre vie et dans vos projets ou réalisations ? Qu’attendez vous ?

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Minimalife & multi-potentialité

La réflexion derrière minimalife est de réduire les activités, comme vous l’aurez compris depuis un petit moment déjà. C’est en ce sens que la problématique pourrait se poser pour le multi-potentiel être vivant que je suis. Tantôt j’écris sur ce blog, parfois photographe, mon activité en tant que hypnothérapeute et énergéticien prenant l’axe principal professionnel, j’écris de la poésie, passe du temps avec mes proches, aime faire du sport (tranquille ici et là), ce site minimalife, et ne rien faire également. Tout un programme, sacrément minimalife ou minimaliste me direz vous… peut-être, ou pas, finalement… on s’en fout non, ce qui compte… c’est mon essence !

Quid donc de la multi-potentialité que j’applique dans mon minimalisme, et ce minimalife. J’ai cet aspect catalyseur, et conscience que les gens viennent me parler, échanger, me raconter des choses ici et là, s’approcher, et je trouve que c’est une des merveilles de cette idée du minimalisme que j’ai en tête et dans le coeur.

Comment peut on imaginer associer plein d’activités tout en étant minimaliste, et souhaitant avoir une vie faite de sens, de minimalife ?

Eh bien c’est simple… j’applique les mêmes concepts que partout ailleurs. Vous savez, ma méthode 1,2,3 du minimalife ? Eh bien… pour les activités c’est pareil. Je n’ai aucune obligation ni devoir de poursuivre quoi que ce soit, ne serait-ce que parce que je l’ai fait une fois, 10 fois ou mille fois. Toutes ces décisions sur les activités, les rencontres, les moments passés, les professions, ou les biens matériels, sont voués à une apparition et à une disparition.

La complexité parfois ressentie est celle du devoir… cette perception de “je dois continuer”, j’ai commencé, alors je dois finir… comme notre salade dans l’assiette, que j’ai honteusement aujourd’hui souvenir d’avoir forcé ma fille petite, à manger au petit déjeuner… (Je t’offre volontiers la séance hypnose chez un confrère pour dégager ça ma chérie).

Ainsi, pourquoi nous sentons nous forcés à agir, faire, avoir, etc ? alors qu’en fait il n’y a rien à faire, ni à acter pour avoir de l’amour de nous ? La multipotentialité, comme le minimalife, repose sur le concept précis de ce qui est juste et bon pour nous. Pas sur Rien, ni sur énormément. Mais l’essence même de tout cela repose sur nos propres épaules et notre amour de nous, afin de simplement pouvoir dire… là, Ça fait sens, et dans 1 heure, je ne sais pas, mais là oui… et ça ne fais pas sens car je me sens le devoir de le faire pour autrui, mais simplement pour moi.

Cette idée que j’ai du Vanlife, du nomadisme que j’imagine, je là vis pleinement, dans toute sa splendeur, et grâce à cela, j’ai plaisir à ces activités, quand je les fais. Profitant d’aller voir du monde quand je le souhaite, voyager comme je l’ai fait en pleine pandémie, ce qui semble incongru à bien du monde, et pourtant, dans mon monde à moi, là ou j’honore la vie, c’était juste. Qu’importe l’avis d’autrui, sa vision, son prisme, j’exerce ce droit sur ma vie et mon minimalife, par ce biais, libre d’être qui je souhaite être, dans la douceur de l’âme que je suis.

Et vous, les multi-potentiels ? vous-êtes probablement aussi des démarreurs, des motivateurs, des idéalistes utopiques avec les pieds sur terre, doutes, ressentiments, questionnements, et la tête qui tourne dans tous les sens pour tenter de trouver du sens à ce sens qui est le votre, sans dessus dessous, si cela fait sens… pour vous.

Si je puis m’aventurer au travers de mon prisme, à vous suggérer de jouer avec vos envies, de vous amuser, de rire, d’explorer, de vous délester de tout ce qui ne sert plus, même si… peut-être, dans 6 mois vous sentirez le besoin d’acquérir à nouveau… Car ainsi, la vie, la plénitude, l’anti-conformisme au fond de votre être sera accompli, quand bien même la société souhaite des anti-conformistes qui entrent dans le moule.

Alors, pour ma part, j’ai encore à donner, à vendre, à liquider, bien des choses, des rallonges, des livres, quelques meubles, sans avoir un appartement vide bien entendu, mais toutes ces choses qui ne m’apportent plus joie ou besoin actuellement, afin de savoir que, si ça rentre dans un van, ou si je ressens que j’aime avoir ces choses auprès de moi, alors elles font sens.

Une progression, et qui sait, peut-être, juillet, août, en van, en nomade, l’océan, ou qu’il soit, tout en vous guidant ou explorant avec vous, cette pure beauté qu’est la vie.

Et vous ? ça Farte ?

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Se reconnecter à sa lumière

Parfois dans la vie, des événements, des situations, des tranches de vie, rarement simples et plaisantes, nous forcent à nous reconnecter à notre lumière. Cette année 2020 est pour moi une nouvelle de ces années, comme je pense pour bon nombre d’entre vous si vous passez par ici, pour découvrir ce blog.

La reconnexion à sa lumière (j’ai envie de dire divine) à chacun la sienne, c’est un peu cette clé de voute, à mon humble avis, de repenser tous ses schémas, ses programmations, ses codes, et vivre sa vie selon ses propres codes.

En 2020, la planète bouge, les manifestations grondent, la vie se tasse, se renferme, les gens portent des masques au propre comme au figuré, l’école passe à domicile, les enfants sont masqués, des amis s’en vont, des couples se séparent, ma femme décède… Non, ce n’est pas “Game Over” malgré que le Boss du niveau 20 a bien claqué tout ce qu’il pouvait y avoir à claquer.

En la vie il est temps de croire, en la lumière il est temps d’espérer, en l’univers il est bon de se tourner, et en soi il est bon d’observer, afin de trouver la lumière qui nous portera le long de notre chemin.

Ainsi, me voici à poursuivre mon chemin, celui du soin, à autrui, à moi-même, la photographie, des gens, à voir leurs âmes au travers d’exploits sportifs, de l’enseignement, à des personnes de + de 55 ans ne sachant pas se servir d’un ordinateur… la boucle est bouclée, c’était mon argent de poche quand j’avais 12 ans.

Mais en cela, leçon à tirer il y a, et pour ma part, c’est la vie, le temps, et le trésor que le temps est. J’aurai donné des millions pour avoir des heures, des jours de plus auprès de la femme que j’aime et que j’ai aimé. Refaire le monde, le jour de la marmotte, revenir, trouver une solution, avancer, trouver la clé… cette putain de clé permettant d’avancer encore un peu de concert, toi et moi, Isa.

Aujourd’hui, comme je le disais le soir ou tu es partie, faire le grand saut, car c’était cela, être juste, accepter qu’il était temps pour toi de quitter ce corps physique, pour renouer avec la lumière, avec ta lumière divine. Alors non, renouer avec la lumière divine ne veut pas dire s’en aller physiquement, bien entendu. Pour certains si, pour d’autres non, mais c’est dans le chemin que nous prenons que la lumière et l’amour prennent forme et tournure.

C’est ainsi qu’il est bon de poursuivre ses rêves, et que minimalife permet, à qui bon aimerait le lire et en tirer des éléments de réponse, de trouver ici et là, au travers de ces ébats verbaux, un peu de réconfort et de douceur oh combien nécessaire.

Se reconnecter à la lumière, c’est apprécier tout ce que l’on a. Un sourire, un moment avec les parents, un mot avec des amis. Préférer peut-être un coup de fil à un mot sur Whatsapp ou réseaux sociaux. Envoyer une photo à un ami, pour lui rappeler qu’on est là, et qu’on pense à lui, car on en a envie, et pas pour sa réponse.

C’est aussi prendre des décisions, et pour ma part, le minimalisme se poursuit. Passant d’un 220m2 à un 140m2 à un 65m2 environ, j’ai du trier, faire le vide, et en me retrouvant là, seul, face à moi-même, mes craintes, mes doutes et mes démons, j’ai réalisé que le matérialisme était encore présent, bien entendu, avec la grande gratitude que j’ai d’avoir tout cela.

Cependant, la merveilleuse part de cela est de me questionner sur la nécessité de tout cela, et sur mon besoin profond d’avoir tous ces biens matériels, et je poursuis avec plaisir et amour, la réduction, ici et là, en vidant mes placards, mes penderies, et en observant mes comportements d’achats (ou de non achats).

La vie me mène à plus de partage, à des connexions divines, à des lectures énergétiques, à de l’hypnose afin de m’approcher plus du féminin sacré en moi. C’est ainsi que parfois, des lourds traumas, des situations de désamour de soi, de troubles de la sexualité, d’alcoolémie et j’en passe viennent à moi, de par les personnes en ayant besoin.

La lumière, la reconnexion à la lumière, c’est apporter de la lumière à qui en a besoin. C’est permettre à ceux et celles qui sont dans l’ombre d’avoir accès à la lueur, d’y voir de l’espoir, de l’amour, et une profonde capacité à créer ou à se renouveler face à des situations extrêmes, et apprécier tout ce qui existe avec la plus pure gratitude.

C’est ainsi qu’en mode minimaliste, je poursuis mon apprentissage d’expériences, d’échanges, de partages, quand j’en ai envie. Que l’hypnose me permet de m’ouvrir à quelque chose de neuf, que les guides qui m’entourent m’apportent du soutien, et que mes envies de poursuivre une expérience d’existence nomade m’attirent de plus en plus.

Passant du temps avec ma mère, j’ai réalisé à nouveau l’importance du temps, et de ce trésor qu’il est. A 74 ans, une opération de la hanche il y a peu, elle gambade, se claque des monstres randos et après souffre de son opération et du remplacement de sa hanche. Je lui rappelle l’importance de s’aimer, et de remercier son corps pour tout cela, et n’oublie pas qu’il est important qu’elle prenne soin d’elle, de son compagnon, et que mutuellement ils s’aident, et s’apportent de l’amour.

Nul ne sait de quoi est fait demain, mais il est entendu que le matérialisme n’aidera en rien, au bout du chemin, si ce n’est à permettre, par sa liquidation, à gagner parfois quelques heures de plus avec eux qui, au fond, sont la raison de notre existence.

C’est pourquoi, il est temps de se reconnecter à notre lumière, à notre essence, à ce qui fait que l’on est au service de l’autre, au service du temps, au service de l’espoir et de la vie.

Ma réflexion porte sur la vie que je souhaite mener, et ce nomadisme, cette envie de liberté, qui au fond, je le sais n’est qu’intérieure si je veux bien me l’avouer, et que ce n’est pas la maison qui fait la liberté, mais la liberté intérieure qui n’est autre que mon centre, ma maison, mon véhicule, ce corps humain dont je suis constitué.

VanLife, Surf Life, Energy Healing life, hypnoLife, alors que je n’ai surfé que 15 jours dans ma vie, quelle est la quête ? Cette envie de grands espaces alors que je reste dans mon appartement une fois ma journée terminée… Une dualité particulière, que je ne sais expliquer. Mais une chose est certaine, l’observe la vie, sa beauté, et les moments clés comme une discussion dont l’importance est amplement plus grande qu’un bien matériel ne pourra jamais apporter.

Une chose est certaine, j’aime partager, transmettre, aider l’autre à s’aimer car j’apprends en même temps à m’aimer moi-même, et si, le temps d’un instant, ça vous dit d’explorer, alors je vous y invite… chez tout est juste, car c’est cela, malgré parfois, les tourments et la tristesse que cela renvoie… nous y sommes, chez nous, en nous, car là… tout est juste.

Ainsi je vous livre, sans détours, sans complexes ni réflexion annexe, cette part de moi qui, en un sens, je le sais, est une part de vous également. Le projet est en préparation, en maturation, et il sera bientôt temps de lâcher l’esprit et la réflexion pour passer à l’action.

Quelles sont les craintes, les doutes, les résistances, les réflexions, les limitations que l’on se pose, chacun, afin de ne pas aller au bout de nos projets. Comme si la routine devenait l’essence de la vie alors qu’on ressent profondément l’ennui d’une vie sédentaire tournant comme un hamster dans sa propre roue…Tine.

Désirer, aimer, respirer, vivre, explorer, sans complexe, dénués de nos couches d’oignons superficiels. Il est temps d’aller, de se mettre à nu, de se laisser aller à ce que l’on est vraiment, sans masque, sans artifice, afin de permettre à tout ceci, notre vie, de se réaliser selon nos propres termes. Car comme disent certains auteurs, notre deuxième vie commence quand l’on réalise que l’on en a qu’une… Et je crois que ces derniers ont bien cerné qu’il n’est nul question de l’âme et de son immortalité, mais bien de notre essence Humaine au travers de cette incarnation et de notre véhicule emprunté pour l’occasion.

Prenez soin de vous, et à très bientôt pour de nouvelles aventures sur la route de l’épuration intérieure au profit d’une simple expérience qu’est la vie.

>