MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Revenir après avoir vécu 1 mois en sac à dos

Une fois n’est pas coutume, j’en reviens à cet aspect du minimalisme, acte personnel, bien précis, dans lequel ma quête est de me retrouver avec ce qui est nécessaire sans le superflus. Je reviens d’un mois au Mexique, en mode sac à dos, durant lequel j’ai vécu en minimalisme tout en étant nomade digital en tant qu’hypnothérapeute et photographe.

Durant ce mois, j’ai réalisé tout d’abord que j’avais pris trop d’affaires. Complexe en effet de quitter la suisse avec une température de -10°Celsius et d’arriver dans un pays ou il fait 28°Celsius, et d’avoir les habits adaptés. J’avais donc une veste, un pull, et une paire de pantalons & chaussures qui me seraient inutiles durant 1 mois, soit en tout cas 5kg de choses en trop. Je cherche donc une option légère et efficace, tant habillée que utilitaire pour ce type de vêtements pour des voyages futurs.

J’ai surtout réalisé encore plus que cette quête que j’avais n’étais pas vaine, elle était vraiment présente en moi, et qu’avec ce que j’avais, mis à part peut-être 1 ou 2 objectifs de plus, et 1 ou 2 flashs, soit l’équivalent d’un DuffelBag de plus au grand maximum, me permettraient de vivre partout dans le monde, totalement efficacement, en pratiquant les 2 métiers que j’aime, et en faisant les activités qui me plaisent.

A mon retour, je reviens dans mon appartement, que j’ai déjà commencé à minimaliser depuis quelques années, et depuis cet emménagement en septembre dernier, et je réalise à mon grand Dam que je me sens oppressé par ce que j’ai, toutes ces choses, tant de choses dont je n’ai vraiment pas besoin, qui ne sont pas nécessaires, et pas “meaningful” donc qui ne font pas sens.

C’est ainsi que je reviens par à nouveau -5°Celsius, sous la neige, et que je sais, que ma volonté de vivre de manière minimaliste va m’emporter prochainement vers l’océan, vers la mer. Quelle destination ? Je ne le sais pas… Puerto escondido, vie simple au mexique, puis Zipolite ou j’ai résidé et dont la spécificité est que le lieu est naturiste sur la plage, et très artistes, hippie etc., un univers incroyable dans lequel le minimum est largement suffisant pour tout faire. Mais la nourriture n’y faisait pas pour moi, avec le privilège de l’europe, et de la découverte culinaire des voyages… savoir que grand nombre de mexicains sont sous insuline, 3ème taux de mortalité mondiale sur le diabète ne m’a pas vendu du rêve, malgré la gratitude pour tout ce que j’ai découvert là bas.

Donc ce retour, me vient en mode de souhaiter liquider plus, de vendre encore tout ce qui ne me sert pas, plus, donner à des oeuvres, à des associations, à des gens qui en ont besoin. Réduire mes produits ménagers au minimum, soit je crois 2 à 3 produits au total. liquider tout ce matériel photo dont je ne me sers pas, et me préparer à un départ que je sens imminent, d’ici cet été, à l’exploration des iles, des lieux énergétiques, afin de poursuivre cette vie de thérapeute nomade, minimaliste, tout en restant dans quelque chose bien loin de la paupérisation, suite à une discussion avec un ami.

Car oui, certains voient le minimalisme comme la paupérisation, agir au moindre cout, vivre sur 1$ (façon de parler) mais ce n’est pas ça l’objectif, non, c’est bien de pouvoir faire et agir, librement, détaché du besoin d’attachement matériel.

En suggestion, je ne puis que vous recommander d’explorer la vie en sac à dos, ne serait-ce que chez vous… fermez vos placards, ne gardez que le minimum dont vous avez besoin… pendant 1 mois, et prenez conscience de tout ce qui ne vous est pas utile ou nécessaire durant ce mois, puis prenez une décision ferme quand à ce que vous souhaitez faire par la suite de cette expérience.

Pour moi, elle a été radicale, et lumineuse… je n’ai pas besoin de tout ce que j’ai, et avec la gratitude infinie de l’avoir eu, j’ai envie de permettre à d’autres d’en bénéficier, et de me libérer de tout cela.

Si vous avez des recommandations de lieux, au bord de mer, ou le wifi permet de bosser, et qui sont de magnifiques endroits, des iles, des côtes, ou la chaleur (pas étouffante) y règne, je suis preneur de ces propositions 🙂

D’ici à un nouveau post sur la réflexion minimalife et minimaliste, se retrouver en son centre, en soi, et avancer sur votre vie, je vous souhaite une magnifique journée et vous invite à parcourir le blog, ou à me contacter si vous souhaitez être coachés dans cette démarche tant personnelle, mentale, et éthique que celle du minimalisme.

>