MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Minimalife & multi-potentialité

La réflexion derrière minimalife est de réduire les activités, comme vous l’aurez compris depuis un petit moment déjà. C’est en ce sens que la problématique pourrait se poser pour le multi-potentiel être vivant que je suis. Tantôt j’écris sur ce blog, parfois photographe, mon activité en tant que hypnothérapeute et énergéticien prenant l’axe principal professionnel, j’écris de la poésie, passe du temps avec mes proches, aime faire du sport (tranquille ici et là), ce site minimalife, et ne rien faire également. Tout un programme, sacrément minimalife ou minimaliste me direz vous… peut-être, ou pas, finalement… on s’en fout non, ce qui compte… c’est mon essence !

Quid donc de la multi-potentialité que j’applique dans mon minimalisme, et ce minimalife. J’ai cet aspect catalyseur, et conscience que les gens viennent me parler, échanger, me raconter des choses ici et là, s’approcher, et je trouve que c’est une des merveilles de cette idée du minimalisme que j’ai en tête et dans le coeur.

Comment peut on imaginer associer plein d’activités tout en étant minimaliste, et souhaitant avoir une vie faite de sens, de minimalife ?

Eh bien c’est simple… j’applique les mêmes concepts que partout ailleurs. Vous savez, ma méthode 1,2,3 du minimalife ? Eh bien… pour les activités c’est pareil. Je n’ai aucune obligation ni devoir de poursuivre quoi que ce soit, ne serait-ce que parce que je l’ai fait une fois, 10 fois ou mille fois. Toutes ces décisions sur les activités, les rencontres, les moments passés, les professions, ou les biens matériels, sont voués à une apparition et à une disparition.

La complexité parfois ressentie est celle du devoir… cette perception de “je dois continuer”, j’ai commencé, alors je dois finir… comme notre salade dans l’assiette, que j’ai honteusement aujourd’hui souvenir d’avoir forcé ma fille petite, à manger au petit déjeuner… (Je t’offre volontiers la séance hypnose chez un confrère pour dégager ça ma chérie).

Ainsi, pourquoi nous sentons nous forcés à agir, faire, avoir, etc ? alors qu’en fait il n’y a rien à faire, ni à acter pour avoir de l’amour de nous ? La multipotentialité, comme le minimalife, repose sur le concept précis de ce qui est juste et bon pour nous. Pas sur Rien, ni sur énormément. Mais l’essence même de tout cela repose sur nos propres épaules et notre amour de nous, afin de simplement pouvoir dire… là, Ça fait sens, et dans 1 heure, je ne sais pas, mais là oui… et ça ne fais pas sens car je me sens le devoir de le faire pour autrui, mais simplement pour moi.

Cette idée que j’ai du Vanlife, du nomadisme que j’imagine, je là vis pleinement, dans toute sa splendeur, et grâce à cela, j’ai plaisir à ces activités, quand je les fais. Profitant d’aller voir du monde quand je le souhaite, voyager comme je l’ai fait en pleine pandémie, ce qui semble incongru à bien du monde, et pourtant, dans mon monde à moi, là ou j’honore la vie, c’était juste. Qu’importe l’avis d’autrui, sa vision, son prisme, j’exerce ce droit sur ma vie et mon minimalife, par ce biais, libre d’être qui je souhaite être, dans la douceur de l’âme que je suis.

Et vous, les multi-potentiels ? vous-êtes probablement aussi des démarreurs, des motivateurs, des idéalistes utopiques avec les pieds sur terre, doutes, ressentiments, questionnements, et la tête qui tourne dans tous les sens pour tenter de trouver du sens à ce sens qui est le votre, sans dessus dessous, si cela fait sens… pour vous.

Si je puis m’aventurer au travers de mon prisme, à vous suggérer de jouer avec vos envies, de vous amuser, de rire, d’explorer, de vous délester de tout ce qui ne sert plus, même si… peut-être, dans 6 mois vous sentirez le besoin d’acquérir à nouveau… Car ainsi, la vie, la plénitude, l’anti-conformisme au fond de votre être sera accompli, quand bien même la société souhaite des anti-conformistes qui entrent dans le moule.

Alors, pour ma part, j’ai encore à donner, à vendre, à liquider, bien des choses, des rallonges, des livres, quelques meubles, sans avoir un appartement vide bien entendu, mais toutes ces choses qui ne m’apportent plus joie ou besoin actuellement, afin de savoir que, si ça rentre dans un van, ou si je ressens que j’aime avoir ces choses auprès de moi, alors elles font sens.

Une progression, et qui sait, peut-être, juillet, août, en van, en nomade, l’océan, ou qu’il soit, tout en vous guidant ou explorant avec vous, cette pure beauté qu’est la vie.

Et vous ? ça Farte ?

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Ta cave n’existe plus

Tu sais, cette petite ou grande cave, celle qui est en bas de ton immeuble, ou de ton galetas, ou ce garage que t’as, ou une cabane de jardin. Aujourd’hui, je te propose de lâcher prise de tout ça, et de t’imaginer, t’imaginer qu’elle n’existe plus, et que tu n’y as plus accès dans 1 semaine.

Chaque espace de stockage doit correspondre à cet aspect de ce questionnement à mon sens, tant spirituellement que matériellement. Je te rappelle le concept, tu le sais déjà certainement si t’as bien lu, et je sais que tu as bien lu, car tu le fais pour toi… et que tu te le permets, car c’est bon pour toi.

  • C’est utile, je l’utilise
  • C’est utile je ne l’utilise pas (donc je m’en débarasse)
  • C’est inutile, je ne l’utilise pas (donc je m’en débarasse)
  • C’est utile, je ne l’utilise pas… MAIS je ne suis pas prêt à m’en débarrasser maintenant

Donc ta cave, ton garage ou autre… Je te propose de tout sortir, ou de te donner un temps d’une semaine (car si on ne donne pas de temps, on ne s’en sépare pas), pour faire ton tri, donner à des oeuvres, vendre sur des sites de seconde main, marketplace sur facebook, filer à des amis et j’en passe… En gros tu vires, tu vires, tu vires !

Ta cave, tu sais, c’est l’endroit ou tout se planque, en gros, imagine que c’est un carton, ou des boîtes, ou des placards, parce que finalement c’est pareil. La fameuse phrase … On va mettre ça à la cave, ça peut toujours servir.

Alors si t’as osé te lancer dans le tri de ton bureau, t’es bien parti.

Je ne sais pas toi, mais si t’as déjà un certain age, tu as peut-être du participer à des déménagements de potes, ou à vider un appartement suite à un décès dans la famille. Et là, tu te retrouves à trier des trucs de partout, cave, grenier, garage, et l’appartement ou la maison complète, et limite tu commence à sentir la tension, et le poids de devoir gérer tout cela. Maintenant, as tu envie de cela pour toi ? D’être cet écureuil qui stocke des noisettes dans 80 arbres “au cas ou”, sauf que c’est pas pour survivre, c’est parce que tu sais pas où ranger ce putain de caquelon, ou ces 5 vélos trop petits des enfants, et j’en passe.

Donc tu as le choix, en fait c’est simple, tu as deux choix, faire ou ne pas faire, et après c’est à toi de te sortir les pouces du cul pour t’y mettre, mais ça, y’a que toi qui peut le faire. Si tu n’y arrives pas, l’hypnose aide, parce que c’est une programmation qui a été ancrée, par ce que tu as vécu… genre tes parents n’avaient pas trop de sous, t’as du serrer la vis, peur du manque… ou j’en passe, mais y’a des trucs qui péclotent.

Alors c’est parti, t’es prêt ? Chaque carton, chaque tiroir, chaque armoire de ta cave, tu la vide, et t’es bien parti pour te sentir plus léger, parce que quand c’est dans la cave, c’est souvent un cache-misère, et tu vaut bien mieux que tout ça, et tu le sais.

Perso j’en suis à garder juste l’administratif à la cave, et j’ai mon matériel de sport que j’utilise selon les saisons. Le reste, je suis en train de vendre, virer, dégager, parce que ça ne me sert pas, et je n’en veux pas. J’ai eu la chance, mais tellement de chance, d’avoir tout cela, d’en profiter pleinement, et maintenant il est temps de passer à autre chose, et mettre en place la vie que je souhaite, sans tout l’aspect “non utile” de ce que j’ai stocké.

La finalité d’une vie n’est pas d’être utile, c’est plus une quête de sens, et le sens pour moi n’est pas le même pour toi, et ça c’est crucial. Trouves ce qui fait sens pour toi, mais questionnes toi sur le fait de pourquoi tu as l’objet. Est-ce pour “te montrer aux autres car tu as quelque chose de cher”, ou est-ce que ça te procure réellement un bonheur, et une sensation de plénitude ?

Alors, c’est parti, de mon côté, j’avance, j’ose me dire “le au cas ou, j’en veux plus”. Et si je dois mettre 10 cartons d’admin à la déchetterie… quelle est la probabilité qu’on me les demande ? Et si j’ai déménagé.. ça peut se perdre, se dégrader, donc on peut demander aux organismes de nous transmettre genre les déclarations d’impôts, les rapports de jugements et les actes officiels, ça coute quelques francs parfois, mais si je dois mettre 200chf un jour sur des documents au lieu de stocker (et devoir retrouver parmi tout ça, 4 feuilles dans 10 a 15 cartons d’admin), mon aspect du trésor du temps est primordial, et passe avant.

Allez, hop, au boulot… enfin au plaisir de te sentir libre et mieux dans ta vie !

>