MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Lâche le contrôle

Bon, on va pas se mentir, là, on s’attaque à un des piliers de notre société, et de notre mode d’éducation. Le contrôle, celui sur nous, sur les autres, sur les situations, sur la vie, en gros… Il est temps de lâcher le contrôle, pour permettre à la vie de se produire, en toute liberté, pour le meilleur de ce qui va nous arriver.

T’est bien gentil, mais t’as pas d’autres choses à foutre que de me dire de contrôler ou de pas contrôler tu me diras peut-être. Et tu as bien raison, ou pas, c’est selon, car toi seul sait si c’est bon pour toi et si tu sens que ça t’irrite, c’est que tu touches une corde sensible.

Si je te disais que chaque chose qui arrive, est pour ton bien ? C’est parfois un obstacle, mais c’est pour ton bien. Pour t’enseigner soit que tu n’es pas sur la bonne voie, soit pour t’enseigner qu’en lâchant ce que tu souhaites dans ta tête, tu recevras ce qui est bon pour toi, dans ton intégralité.

Combien de fois me suis-je retrouvé à vouloir qu’une situation se produise d’une certaine manière, à “ma manière”, et buttant tout ce que je pouvais, par corps et mots, je luttais pour que cela se produise comme ça et pas autrement ? Et pour quel résultat ? Souvent une tension intérieure, une peur de lâcher, et de montrer une part de vulnérabilité.

Chaque jour, chaque heure, chaque minute, je décide maintenant de lâcher prise et de lâcher le contrôle. Quand ces pensées négatives ou limitantes viennent à moi, ou ces idées de “ce qui est bon pour moi” qui ne proviennent que de ma culture, mon éducation, ou mes parents, car on fait “ce qui est bon pour eux initialement. Plus j’arrive à me libérer simplement du résultat, plus des choses merveilleuses se produisent.

En tant que parents, on est de terribles exemples, mais il faut aussi savoir se pardonner et lâcher prise sur ce qui a été fait. On tente par bienveillance de motiver nos enfants… Ils dessinent super bien, ahh, tu pourrais être graphiste, ou styliste… une pression mise, un résultat projeté, alors qu’en fait, ne serait il pas simplement bon qu’il dessine parce qu’il aime cela, sans objectif?

Le contrôle sur la vie, quand on le lâche, on va appeler cela la conscience supérieure, la source, l’univers, ou l’énergie universelle, s’occupe du reste. Cela nous emmène dans une direction souvent totalement opposée à ce que l’on imaginait, mais si on se laisse emporter, on ressent un bonheur absolu, une liberté à ne pas avoir tout ce poids de devoir gérer ou créer tout ce que l’on souhaite. C’est comme quand je voulais que ma famille soit également minimaliste et minimalife… j’ai appris à devoir lâcher tout ça.

L’impatience et la peur peuvent entrer en matière, tu sais, ce moment ou ce que tu n’as pas rapidement t’emmène dans l’idée que quelque chose de mal va se produire, que ça ne fonctionne pas, car tu n’as pas cette gratification instantanée. Et pourtant, si tu fais confiance en ce processus, et que parfois tu y vois des signes du destin, c’est que tu es sur le bon chemin, et que si tu ne les vois pas, c’est simplement soit que ce n’est pas le moment, soit que ce n’est pas le bon chemin. Cependant, nul besoin de rebrousser, car la vie va t’apporter la bifurcation nécessaire à ce changement, pour te guider vers le bon chemin.

Comment on fait alors pour lâcher le contrôle ? parce que t’es marrant, t’as des idées qui sont limites perchées, alors qu’elles sont bien terre à terre. Eh bien c’est assez facile, pour lâcher le contrôle, il faut simplement ne pas chercher à l’extérieur la paix, la sérénité, et la joie. Ah… rien que ça, eh bin putain on n’est pas sorti de l’auberge hein, c’est pas gagné…

Ah, ça, c’est ce qu’on pourrait se dire, et c’est une petite part de contrôle, car ça veut dire que ce qu’on vit est vérité, et qu’autre chose, hors de ce que l’on connait, est hyper complexe, difficile, et nécessite de souffrir pour obtenir. Tu sais cette phrase “il faut travailler dur”, ou “c’est par la sueur qu’on réussit”, eh bien j’ai envie de te dire que ce que je ressens c’est que c’est tout l’inverse.

Alors non, l’idée n’est pas de ne rien faire, de bouffer des hamburgers et de voir nos kilos s’en aller, mais pourquoi aller courir si tu déteste ça, et pourquoi pas trouver ce qui te met en joie?

Réfléchis à ces codes que tu as mis en place, ces limites que tu as établies basées sur ce que tes parents, amis, ou relations aimeraient pour toi ? Ce matérialisme que tu as amassé depuis des années! Et est ce que tu t’es engouffré dans ces codes, alors que toi, tu ressens que ce n’est pas ton truc. Est-ce que ces codes, au final, t’embarquent à chaque fois dans un chemin qui ne te plait pas, et dans lequel tu ne te retrouves pas? Il est temps pour toi de cheminer, de voir la lumière, simplement car tu es splendide, et que tu n’as pas besoin des autres pour exister. En ce sens que oui, l’humain est une créature sociale, et que nous en avons besoin pour exister, mais il faut savoir exister à ses propres yeux pour pouvoir se libérer de l’existence aux yeux des autres.

Lâche le contrôle. Une situation négative arrive, et tu entres dans une spirale négative, tu râles, tu grognes, tu ronchonne, tu engueule tes proches, et ça continue… car tu baisse ton énergie. Cependant, si tu te poses, et que tu réalise que tu n’as pas le contrôle sur la situation. Tu peux simplement demander, tu peux demander à ton inconscient, connecté à l’univers, ce qui est bon pour toi.

Situation Edit

Je viens de m’exposer à mon propre besoin de contrôle, comme quoi j’en parle, et j’ai du job à faire également. Ma compagne a demandé aux enfants de s’occuper des litières des chats, et j’ai pris le lead, au départ sans savoir, et quand les enfants m’ont dit que leur mère leur a demandé, j’ai tout de même décidé d’en faire une. J’ai également expliqué aux enfants comment le faire, et j’ai pris un lead total et contrôlant sur la situation, sans même m’en rendre compte. L’univers nous expose chaque fois, jusqu’à ce que nous comprenions que lâcher s’applique à tout… faire, mais lâcher en faisant. Tout un concept absolument incroyable, et des manières insidieuses de faire, pour l’amour de nous, pour nous libérer de nos actes, et de nos processus sacrément ancrés en nous.

Comment se centrer ?

Un moyen de se centrer et de lâcher le contrôle est de méditer, de faire des auto-hypnoses, de prendre du temps pour soi. Quelques minutes par jour, pour respirer, pour soi, et pour demander à l’univers de reprendre nos schémas négatifs, et de nous montrer le chemin de notre créativité.

Une fois la demande et la méditation passée, ne pas chercher à contrôler le résultat, ou les signes, mais juste de ressentir ou on se sent bien, et la manière dont tout cela nous aide profondément. Voir les situations sous le symbole de l’amour inconditionnel, et réaliser que chaque chose qui est devant nous est là pour nous enseigner une leçon de vie. Une situation t’agace ? Quel est le fusible, quel est le déclencheur ? Est-ce ta peur de ne pas performer ? De ne pas contrôler la situation ? De ne pas avoir ton dernier mot à dire ? De vouloir avoir raison ? Quelle est ta peur ? Ose l’annoncer, d’être vulnérable, et permet à l’univers de t’aider à résoudre cette situation.

Bon, c’est clair que là, certains vont se demander ou je vais avec tout ça, et pourtant j’avance, et j’apprends, et je partage ce parcours, car retrouver du sens à sa vie, c’est aussi avancer dans l’amour de soi. Meaning my life, c’est bel et bien “Trouver un sens à sa vie, et y donner du sens”, et pour qu’il y ait du sens, il y a de la joie, de l’amour, physique, énergétique, de la passion, et des papillons qui fourmillent au fond de nous. Qu’est ce qui te fait vibrer, qu’est ce qui te fais dire que tu jouis pleinement de la vie ? Ose aller vers ce qui te fait vibrer, mais ne reste pas collé à tes schémas ancestraux qui empêcheraient d’ouvrir une porte que tu n’aurai jamais ouverte auparavant.

Bref, la clé, c’est d’oser ressentir que chaque situation a deux faces, la négative, ou la positive. La négative t’indique que tu bloques dans une direction qui n’est pas bonne pour toi, la positive, c’est que tu as quelque chose à apprendre de cela, pour libérer “le boss du niveau suivant”.

On a tous le droit de vivre dans l’amour de soi et de l’autre, et de ressentir pleinement que la simplicité de la vie n’enlève en rien la fabuleuse expérience de tout ce qui est. Et pour faire ça, il est temps de lâcher le contrôle, et d’assumer sa vulnérabilité, d’oser parler de ses peurs, et de laisser notre inconscient et notre conscience supérieure faire une partie du travail.

N’oublions jamais que nous ne sommes pas seuls, et que si l’on demande à notre inconscient de faire une partie du travail, ce n’est pas pour contrôler tout ce qu’il fait derrière son dos, comme un collègue ou patron insupportable qui n’a aucune confiance en nous. Non, non, il est temps de lâcher le contrôle, et c’est maintenant que tu peux le faire, à chaque instant, en rejouant un film de chaque situation avec douceur, amour et bonté. Oui certains vont trouver ça bisounours, et pourtant… à chaque fois que j’ai lâché mon égo, le contrôle, et que j’ai imaginé, visualisé, et ressenti les diverses situations avec amour, j’ai reçu au centuple ce que j’avais donné.

Je te souhaite une belle approche du lâcher de contrôle, sur toi, sur l’autre, sur les situations, et d’aimer ce qui vient, d’y voir du beau, de la joie, et d’y voir une manière de t’amuser avec ce qui t’es donné.

Share: