MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

J’ai viré les cartons et les boîtes

Dis voir, t’as pas une boite, genre les cartons d’ikea tu sais pour ranger les affaires dedans? Tu sais, les blancs, les noirs, les gris là, on en avait tout plein, dans l’étagère dans l’autre appartement.

  • Ahh, euh, oui, tu as raison, eh bin euh… en fait… j’ai tout viré!
  • Quoi? COMMENT CA T’AS TOUT VIRE?
  • Bin tu vois, comme j’ai décidé de trier, et d’être plus minimaliste…
  • Alors non, je ne vois pas non, de cartons, t’es sérieux là, j’ai pas opté pour minimalisme moi.
  • Mais chérie, le cartons, on les remplit de trucs qui servent pas…
  • M’en fiche, moi j’ai pas signé minimalisme pour tout, et j’ai droit à ces cartons si je veux.
  • Bon, ok, il en reste quelques uns à la cave, mais les miens j’ai viré !

Parce que oui, comme je disais, le minimalisme en famille c’est possible sur certains aspects, mais pas pour tous, au même rythme. Chacun y vient, à sa manière, selon ses besoins et envies, mais pour ma part, oui j’ai viré mes cartons, il m’en reste 2, des petits IKEA, dont 1 commun qui contient tout ce qui est papeterie, et papiers photo et lamineuse plastique (qui va, je pense, bientôt faire son chemin vers les petites annonces).

Les cartons, c’est marrant, ça commence par C, comme les Cables, les gens chiants et la connerie… comme si c’était un peu le symbole des trucs pas cool… mais en fait non, y’a aussi plein de trucs cools commençant par C, mais on n’ose pas les dire trop souvent, y’a ptet des enfants qui lisent.

Allez, donc les cartons, c’est complexe, enfin c’est complexe, non, car Tout est simple, super simple. La règle d’or… Utilise, Utilise pas, Utilise pas mais pas prêt à m’en séparer, ça permet tellement de choses. Donc on repart sur le même concept.

J’ai réalisé un truc assez basique, Plus on a de trucs qui dépassent, qui débordent, qui trainent, plus ça agace, plus on a envie de ranger et d’épurer. Donc si on a plein de placards, de tiroirs, de boîtes, de rangements, plus on aura tendance à les remplir.

C’est un peu comme la loi de Parkinson qui dicte notre manière de gérer le temps, j’y viendrais sur la notion de business un de ces jours, mais là je suis aux cartons, et comme tout bon hypersensible bien allumé, je me disperse… FOCUS, MONOGAME, OK !

Donc si on considère le fait que d’avoir du rangement, ça signifie qu’on remplit de plus en plus, eh bien on peut également considérer l’inverse comme étant vrai… moi j’ai de cartons, moins je remplis.

C’est un peu CQFD!

Ok, alors là, le pire reste à venir… parce que j’ai décidé de prendre tous les cartons, ceux que j’ai pas ouvert de puis des mois, des années, et de voir ce qu’il y avait dedans. ça va prendre un peu de temps, clairement. Je les étale sur ma table de massage, et parterre, et je trie, je jette, je range, je passe d’un carton à l’autre, je transvase. Petit à petit, c’est un peu comme les vase communicants, sauf que là, je décide que je vais quand même vider hein. Le but c’est de m’alléger.

Une des règles utiles dans ces cartons mis à part les règles citées avant, c’est de se donner un peu de délai, mais sans trop réfléchir… Genre, j’ai pas touché ça depuis quoi, 1 an ? Ok… est-ce que c’est parce que j’ai pas du tout eu l’occasion de le faire ? ou est ce que c’est parce que ça ne m’intéresse plus.

Faire du vide, c’est accepter de faire du plein, remplir à l’intérieur avec tout ce que l’on a retiré de l’extérieur. Plus je vide mes cartons, plus j’accepte que j’ai adoré ces moments, mais qu’ils ne me définissent pas, ils ne sont pas qui je suis, et je ne suis pas leur contenu. Chaque carton, c’est une pierre, qui fait peser mon sac à dos plus lourd. Ce que j’ai envie de découvrir en fait dans cette recherche de moi-même et ce “meaning my life”, c’est ou je me situe, ce qui me fait vibrer intérieurement. Donc je me libère.

Réduire les cartons, c’est souvent ardu, c’est long, c’est chiant, ça clairement, y’a pas à dire. Après y’a la méthode… j’ai pas ouvert celui là depuis le dernier déménagement, déchèterie direct sans même regarder ce qu’il y a dedans. Parfois c’est bien, surtout quand t’as un tas de documents ou de classeurs dedans… Mais c’est aussi des fois un poil risqué selon ce que tu vires. Je préconise quand même d’y jeter un coup d’oeil avant de mettre le tout à la Benne à papiers.

Le truc dans les cartons, c’est que tu risque bien de te retrouver avec des câbles à devoir retrier, tu vas pouvoir remplir ton bureau à nouveau, si t’as du bol tu remplis aussi ta salle de bain, et tu as à nouveau quelques livres… voir même un stylo… NON PAS UN STLYO !!! NON…..

Mais la bonne chose dans tout cela, c’est qu’à chaque fois que tu vires des cartons et que tu remet des choses dans ton bureau, dans tes tiroirs, tu te forces à repasser par le même processus dans quelques jours, semaines, mois selon ta disposition, et tu réduiras à nouveau, le tout sans stress, ni pression, à chaque fois un peu plus. C’est juste une nouvelle itération.

Avec tout ça, j’ai pas fait la cave, enfin pas complètement, et je ne me suis pas mis à gérer la cuisine car c’est un espace commun, mais j’ai tout de même réduit, à la cuisine, ce que j’utilisais principalement pour pouvoir guider cette démarche personnelle dans le cadre familial.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Connectes les points de ta vie

Quand j’étais gamin, je lisais Super Picsou géant, et Mickey Magazine, j’étais genre le fan total. J’adorais les 3 cousins, riri, fifi, loulou, leur oncle Donald et Picsou. Bon, je ne me suis jamais demandé pourquoi ils vivaient chez leur oncle, je réalise ça maintenant, mais c’est une toute autre histoire, et on s’en fout… enfin peut-être pas, enfin Bref !

Dans ces livres comme dans d’autres livres pour enfants, il y avait toujours des dessins, ces dessins à points pour créer un forme. Je suivais attentivement les numéros, les reliant avec grande précaution afin de ne pas faire de faux-pas, et surtout, de découvrir petit à petit le merveilleux tableau qui s’offrait à moi.

J’ai depuis, en tant qu’adulte, compris que la vie était un dessin, c’était ce merveilleux tableau que l’on peint au quotidien. Chaque coup de pinceau, qu’il soit noir ou blanc, ou plein de couleurs, fait partie de ce tableau, et il ne serait pas complet sans tout cela.

Mais bien plus que cela, j’ai également compris que tout est relié, tout ne tient qu’à un fil, et ce fil, c’est celui de notre conscience. C’est notre fil. On peut l’appeler le fil conducteur, le fil d’ariane, le fil qui vous guide, le connecteur, le fil de la vie, mais une chose est certaine, c’est notre ligne de vie, et on passe par plein de points. Chacun de ces points nous permet de dessiner notre vie, avec une différence avec les super Picsou géant, c’est qu’on ne peut pas rater sa vie.

Bon nombre de gens sont parfois surpris par mon cheminement, mes choix, mes décisions, les situations dans lesquelles je me suis retrouvé, mais à chaque fois, je me suis relevé, j’ai pris le contre-pied, j’ai trouvé une solution, ou une solution est venue à moi.

Mais encore plus fascinant encore, je réalise que chaque chose que j’ai effectuée dans ma vie m’a apporté une clé à mon existence humaine, dans cette incarnation (ça y’est je repars en énergétique, les guides, on se détend hein ! même si vous avez raison je sais bien :D). Chaque situation m’a appris une leçon, fait partie de mon apprentissage, de mon chemin.

L’informatique, la photo, la plongée, le sport, les voyages, l’Asie, le mariage, avoir un enfant, les déménagements, les faillites, les échecs que j’aime appeler les apprentissages, les soins énergétiques, l’hypnose, les rencontres, les femmes que j’ai connues, les amitiés de longue date, tout fait partie intégrante de moi, et chacune a été là pour une raison, une saison ou une vie.

Quel bonheur d’ensuite jouer ces notes, ces cartes, et mélanger les genres, les compétences, sans prendre au propre tout cela, mais d’entrer dans l’essence même de ce qu’un métier ou une activité m’a apportée. La photographie, c’est le regard, l’observation, l’attente, tourner autour pour bien ressentir, et être là au moment opportun. La Plongée, c’est l’eau, c’est donc nous, être moi, profondément, connecté à la nature et à la vie, à mon intuition. L’informatique ? C’est le code… code quantum, l’interconnexion des nombres et la réalisation de l’utilité qu’elle a dans ma vie actuelle pour réaliser mes projets comme ce blog. Les soins énergétiques et l’hypnose ? Entrer en moi, me permettre d’accéder à vous, prodiguer l’amour Inconditionnel, et vous permettre de vous réaliser en tant que guide.

Bien entendu, Aujourd’hui, il m’arrive encore de douter, comme bien des gens probablement, mais quand cela arrive, je regarde cette merveilleuse et incroyable vie que j’ai déjà parcourue. 45 ans de changements, de créativité, de rebonds, de vie, de joie, de rires, de découvertes, de voyages, de rencontres, d’échanges, de partage, et tout cela pour me rappeler que cette vie est simplement sublime.

Nous jouons et créons notre partition, et en chaque instant, que je fasse, ou que je ne fasse rien, la partition de la vie se déroule devant moi. Je suis créateur, et mélange ce que je suis, ce que je fais, ce que je vis et ressens avec ce que la vie imagine pour moi et ce que mon âme a décidé d’expérimenter dans mon corps. Je n’ai donc pas de contrôle sur la vie, malgré tout ce que je souhaite imaginer, enfin ce que mon mental imagine. Mais ce que je sais, c’est que je peux demander à mon subconscient et mon Inconscient de faire le meilleur pour moi, ça je peux faire, ca en ça je m’aligne à mon âme, et j’avance dans la direction la plus belle et positive pour moi.

Est ce que j’attendrai la fin du tableau pour savoir profiter de ce dernier ? ou est-ce que je vais décider que comme une musique, je vais me délecter de chaque note avant d’observer la dernière, celle qui met fin à cette partition pour passer à la prochaine ? Vais-je laisser la vie matérialiste m’ensevelir, me faire croupir sous des dettes, des aspects de charges matérielles, ou vais-je simplement me contenter de profiter pleinement du temps linéaire et de cette merveilleuse expérience qu’est la vie.

La vie se déguste, pas à pas, activité après activité, se réduit à une simple expression, celle de notre âme, de qui l’on souhaite être, mais au détour de l’égo qui fait également partie de nous. C’est ainsi que je réduis, mais réduire pour mieux être, et pour être plus grand que je ne le suis actuellement. Ce n’est pas par volonté de candeur, non, pas du tout, mais par envie de simplement être, exister pour qui je suis, au fond de moi, dans la plus pure et minimaliste expression de moi-même.

J’ai décidé que ma vie serait “meaning my life”, oui, l’expression de ce que j’ai souhaité qu’elle soit, qu’elle déplaise à quiconque, ainsi soit il. Ma famille n’a pas à décider, mes parents n’ont pas à dicter mon chemin, ma fille, ma compagne, personne, car seul je trace ce chemin. Les gens sont présents, et c’est essentiel, ils apportent leur lot d’amour et de passion, mais je suis seul à prendre les décisions qui s’imposent à moi pour permettre à ma vie d’y trouver son “meaning my life”.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Monogamie en série

Je suis Monogame, oui, je suis monogame, en série.

Ma compagne et la famille risqueraient de ne pas comprendre, ou de prendre mal ce que je raconte là si je ne contextualise pas un peu. Mais qu’importe, l’essentiel n’est pas de le faire pour eux, mais pour moi. Donc oui, je suis monogame en série, certains pourraient associer cela à de la polygamie, mais c’est particulièrement différent, et ça permet d’approcher l’essence d’une vie pour qu’elle devienne meaningful, significative, à chaque instant.

Alors c’est quoi monogame en série ? Eh bien c’est simple, c’est le retour à la simplicité des choses. Faire une chose à la foi, s’intéresser à un instant T à une seule chose à la foi. Ne pas faire 10 choses à la foi, ni même pas deux, enfin tenter au maximum, parce qu’après on devient polygame, et là, si on ne gère pas bien, c’est vite l’orgie dans la tête.

Il m’a fallu quelques années pour réaliser que j’étais monogame en série, et la manière dont je l’ai réalisé, était que si je me dispersait, tout devenait flou, perdait le focus, je ne retrouvais plus le fil de ce que je faisais, ou je perdais le plaisir à le faire. Quand je suis à l’ordinateur, en train de regarder un film, et écouter de la musique en arrière plan… je sature mon esprit, je dérègle mon centre, et je me retrouve totalement désaxé par rapport à mon alignement intérieur.

La preuve, j’ai décidé de ranger mon bureau quand je retouchais en regardant un film

Chaque fois que je devenais polygame, en terme d’activités, de choses à faire, j’étais confus, la tristesse revenait, le trouble, la tempête. Il était donc temps que cela change, et que je m’aligne petit à petit à ce qui comptait pour moi, à chaque moment.

Comment faire ? Rappelez vous que le maître mot de ce blog est la simplicité, rien de trop complexe, rien de trop intense, étape par étape, une seconde après l’autre. Donc comment faire? Tout d’abord commencer… c’est la clé!

Oui commencer, bref, j’ai commencé comment ? parce que bon, c’est bien gentil tout ça, mais si je ne sais pas ou je vais, difficile de commencer dans une bonne direction.

Alors prenez le petit déjeuner. Pour le petit déjeuner, vous faites quoi vous ? Sortez les céréales ou les toasts, la musique, le téléphone, les infos à la TV, peut-être un magazine… Quelle orgie, une vraie polygamie d’activités. Donc… Retour au calme, retour aux sources.

Monogame en série c’est que quand vous déjeunez, vous déjeunez… Pas de livre, téléphone ou autre, non… vous mâchez, et profitez de ce que vous avez en bouche, des goûts, des saveurs, et rien de plus.

Une fois cela terminé, vous vous accordez une envie de réseaux sociaux ? Alors ok… 5 minutes par exemple, juste de réseaux sociaux, pleinement focalisés sur les réseaux sociaux.

Puis c’est au tour de se laver les dents, ou de prendre ma douche. Je ne fais plus 10 choses à la fois. se laver les dents en se coiffant, en répondant à un message, et j’en passe… Non, quand je me lave les dents, je me lave les dents, rien de plus.

Et ainsi se passe ma journée, monogame en série. Activité après activité, moment après moment, entremêlant les choses que j’aime faire, et celles qui actuellement font partie de mes obligations (qui se réduisent de plus en plus je dois vous l’avouer, car je ne cherche plus à plaire, je suis, tout simplement).

Aujourd’hui par exemple. Je me suis levé, j’ai pris un café, j’ai profité d’écouter les oiseaux chanter, puis j’ai écrit 2 articles de blog, ensuite j’ai passé du temps sur Instagram, j’ai prodigué un massage, un soin énergétique, puis j’ai fait le repas, nous avons mangé, j’ai fait une sieste, et j’ai profité d’écrire encore un article.

Chaque chose a pris le temps qu’il a pris, le temps que cela a pris. Rien de plus, rien de moins, et chaque fois je fais mon maximum pour rester focalisé sur ce que je fais, car en le faisant, je suis totalement présent à moi-même, et à ceux qui m’entourent. Je n’ai pas cherché en le faisant à me dire ce que j’allais faire après, j’ai juste fait ce que je faisais à ce moment là!

Il m’arrive de ressentir le besoin d’occuper mon esprit, on me parle, ça me titille, alors je prends mon téléphone, je surf ! NON NON NON ! Mauvaise idée, mais personne n’est parfait, donc j’observe que je suis en train de faire cela, et je pose ce téléphone…

Pourquoi est-ce que je le prends ? Pourquoi cette conversation me fait le prendre ? Qu’est ce que ça me fait pour me sortir de ma monogamie d’activité ? C’est habituellement un stress sur l’organisme, sur mon inconscient qui déclenche cela, et c’est à moi de libérer cela, et en ce sens… rien de tel qu’une bonne séance d’Hypnose ou un soin énergétique ou même une méditation.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Comment j’ai redécouvert le divertissement

Le divertissement est il bon ? Oui, à mon sens il l’est, car tout est juste, et chaque divertissement nous apporte une leçon.

Avez vous déjà regardé un film avec, après coup, une réflexion sur le sens qu’il avait pour vous ? Ce qu’il tentait de vous montrer ? Ce qu’il tentait de vous apporter comme réponse sur vous, vos modes de fonctionnement, vos modes de pensée?

C’est absolument fascinant de faire ce processus, j’en suis resté sans voix, tellement maintenant, je réalise que chaque film n’est pas dû au hasard, mais à un rendez-vous que j’ai décidé de m’octroyer avec moi-même.

C’est une expérience totalement hors du temps et incroyable. En fait, chaque personnage, situation, élément va résonner en vous, et vous permettre de mettre en lumière une situation qui fait partie de vous, une image, un ressenti, une émotion, ou un aspect que vous n’avez pas encore mis en lumière.

J’ai compris que j’étais hypersensible, et ça veut dire plein de choses, mais déjà, la sensibilité à fleur de peau, ressentir des choses d’une certaine manière. Avoir des dizaines de pensées à la seconde, passer à un truc après l’autre, un raisonnement en étoile, imaginer 1000 choses à la fois, et une chose menant à une autre, ne plus se souvenir du début de la discussion.

Parfois ça agace les gens, les autres, car c’est clair, je ne suis pas “toujours” là, avec vous, je suis dans mon univers, dans mes pensées, je décroche pour ainsi dire. J’ai envie de choses changeantes, aujourd’hui une chose, demain une autre, la stabilité fait partie d’un autre vocabulaire, car je ne comprends pas le sens réel de ce terme, du fait que dans le monde, tout est en constante évolution et totalement stable dans sa plus pure instabilité.

Donc pour les films, le divertissement, car oui je parlais de ça là, eh bien c’est pareil. Qu’est ce que j’ai envie de regarder. Je ne questionne donc pas le pourquoi, mais je fais.

J’ai par exemple une série de sujets qui m’intéressent sur youtube, et avec ça, je décide du nombre de refresh, et je pose une demande. Youtube, montre moi ce que j’ai à apprendre pour simplement Etre… je fais ce nombre de refresh et je regarde la premiere video. Fait incroyable… c’est fascinant, et ça m’apporte souvent des réponses à ce que j’ai besoin de comprendre.

Car si je souhaite sincèrement et profondément être, et simplement être, alors ce qui m’entoure en fait partie. Non pas parce que je contrôle, mais justement parce que je laisse aller, et en laissant aller me viennent les choses.

L’avantage à cela pour moi c’est également que je ne vais pas regarder 200 vidéos, c’est sans fin, ou 10 films ou séries, car je vais rebondir sur ce que ça me fait, ou ce à quoi ça me fait penser, et je vais simplement me laisser guider.

Alors ça pourrait être du tri, du rangement, de la créativité, ou l’apprentissage d’un nouvel aspect de ma vie, et parfois, souvent même, ça revient à ne rien faire, car les choses se mettent en place de manière étonnante quand on ne fait rien de plus que ressentir ce qui nous fait du bien.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

La contraction du temps

Au sens de la physique quantique, le temps linéaire n’existe pas, et ne fais aucun sens. Il existe des dimensions parallèles, démontrées depuis einstein, et par bien d’autres depuis. Cependant, en tant qu’humain, le temps fait partie intégrale de notre concept et de notre mode “actuel” de fonctionnement. Nous réagissons au temps, avec une montre, les journées, les semaines, les mois, et ce qu’on en fait.

Un jour, je me suis mis à questionner la contraction du temps, et à bien y réfléchir, plus j’y réfléchissait, moins le temps ne faisait sens. On a toujours le temps me disait un professeur durant mes études, en éprouvant un concept multi-circulaire. Actuellement j’aurai tendance à dire que oui, le temps est éternel, multidimensionnel, et pour nous humains linéaire.

Contraction et expansion du temps sont clairement des choses que l’on connait. Le temps est long lorsque l’on attend la personne que l’on aime, et trop court quand vient le moment de se dire au revoir. Long est le temps de préparation, court est l’instant de gratification. Il est donc totalement relatif, à chaque situation, chaque personne, chaque chose et chaque dimension dans laquelle l’on se trouve.

Là, je dois avouer que la notion de temps linéaire, autant elle n’est pas vraiment cohérente, autant dans notre société n’est que celle que nous pratiquons. Je vais donc voir comment la gérer pour pouvoir percevoir d’autres champs temporels petit à petit.

Problème 1 : Je n’ai pas assez de temps

Bon, ok, j’ai pigé, c’est de la méga-connerie ça, car j’ai le même temps que tous, 24 heures, 60 minutes par heure, 60 secondes par minute, 1000 milisecondes par seconde etc. La question n’est donc pas le temps que j’ai, mais ce que j’en fais. Et surtout, bien plus que ce que j’en fais, ce que je ressens en le faisant.

Base de résolution

J’ai listé mes activités, tous mes abonnements netflix, petitBambou et autres, mon temps de surf sur le net, mon temps de boulot, mon temps en famille, les activités diverses que je pratique, les déplacements pour aller et venir, et j’ai longuement réfléchi à tout cela…

Qu’est-ce qui compte vraiment pour moi?

La clé est là. On a beau avoir tout le temps qu’on veut, le même à disposition. La clé est de se poser la question régulièrement, quelle est la valeur du temps pour nous.

Une personne lors d’une formation E.F.T. que j’ai suivi m’a dit un jour… le temps est un trésor, et là, elle m’a profondément touché. Rien d’autre n’était nécessaire, car en effet, le temps est le seul trésor humain, la clé de toute notre évolution dans nos incarnations (ça y’est, il est perché, putain il cause incarnations, âme, humain, évolution… après il va nous parler d’énergies tu vas voir… putain c’est pas vrai, mais c’est pas vrai…!)

A partir du moment ou j’ai ressenti cela, j’ai commencé un nouveau parcours. Il arrive parfois que l’on n’ai pas envie de faire des choses, et certains diront qu’on doit… et là je questionne en disant… pourquoi? Pour qui? Parce que quoi? Parce que qui a dit?

Ce qui est “vrai” aujourd’hui ne l’est plus demain, ne l’était pas hier. La terre est ronde… Ah bin va expliquer ça à ceux d’il y a 1000 ans. Dans 50 ans on aura des ordinateurs 1000 fois plus puissants que celui dans cette pièce de 250m2 et ils tiendront dans la paume de ma main. Les noirs ne voient pas la nuit … Purée fort heureusement la connerie est aussi éphémère, parce qu’on en a dit et fait des conneries sincèrement.

Faire le tri

Prendre le temps, pour soi, de se poser, oser s’ennuyer, oser souffrir cette tension intérieure, oser admettre qu’on est dans la course, dans le tout, tout le temps, remplir, faire plus, encore, toujours… Et arrêter, net.

Aujourd’hui plus que jamais je ressens, je me pose la question. Ai-je envie de cela, pour moi, maintenant ? Pourquoi est ce que je fais ça ? Est-ce que c’est juste pour moi ?

Avec ça en tête, j’ai annulé bonne quantité d’abonnements, d’applications, de comptes ici te là sur internet, et j’ai fait la paix avec moi-même concernant les sports que je ne pratiques pas, les choses que j’ai pratiquées et que je n’éprouve plus le besoin de pratiquer. J’ai également réfléchi au pourquoi des choses qui me prenaient du temps.

J’ai maintenant du temps, j’ai viré ce qui ne m’intéressait plus, je tente de voir ou de contacter les gens que j’ai envie, mais je me décomplexe.

Car le temps est MON TRESOR, et il n’appartient qu’à moi de décider avec qui je souhaite le le temps est SON TRESOR, et qu’elle décide de le partager également avec moi, alors nous nous verrons, et cette rencontre humaine, qu’elle soit intime ou amicale aura lieu.

En ayant une réflexion sur le temps, et sur sa contraction, j’ai retrouvé mon trésor, et je peux rendre chaque instant éternel, l’espace d’une fraction de seconde qui ne reviendra jamais, car avant et après n’existent pas, il n’y a que maintenant, et en cet instant, le temps n’existe plus, il est donc devenu éternel et intemporel.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Les câbles, sacré bordel quand même

Firewire, USB 2.0, USB 3.0, alimenetation, rallonge, multiprise, USB 1.0, USB 3.1, Thunderbolt, HDMI, SCART, Firewire 800, USB Male pour imprimante, Jack, MicroJack, TRS, TRRS, euh, c’est quoi LA NORME pour les cables ? Ah, y’en a pas, comment ça y’en a pas ? Y’a pas de norme pour les cables ?

Bin non, tu le sais bien depuis 45 ans, y’a des cables partout, pour tout, et même avec le wifi on arrive à t’en foutre des cables, tu sais pas trop comment, mais pour les premières connexions il faut souvent un câble non fourni que tu dois aller acheter pour l’utiliser 1 fois. Ah… C’est clair, on n’est pas rendus là.

Alors je ne sais pas toi, mais moi, les câbles, c’est un peu le truc compliqué dans la maison. Cependant j’ai décidé de ne plus me soucier de ce que font les autres membres de la famille, et je vais gérer les miens déjà. Parce que sincèrement, parfois on arrive à embarquer la famille dans un truc du style, parfois pas, et mettre de l’énergie là ou il n’y a pas envie, ça ne sert qu’à alimenter des tensions. J’ai donc décidé de respirer, fairer mon truc à moi là, qui me fait du bien, et aujourd’hui, c’est le tri des cables.

Tri des cables, c’est quoi le concept ?

  • Je m’en sers
  • Je ne m’en sers pas
  • Je ne suis pas sûr, je le garde temporairement

Comme tu l’as compris, c’est un peu toujours le même concept. on fait 3 tas, mais on tente d’en garder UN, celui du Je m’en sers, avec un petit peu de Je ne suis pas sûr.

Etape 1

Pour trier mes cables, je commence par aller tous les chercher, la boîte de cables, le sac de cables, les cables en vrac, tous, la totale. Et je prends ce à quoi ils appartiennent (si c’est un disque dur je l’embarque aussi etc.). Ufffff, la vache ça en fait des fils de partout, bon, ok, c’est pas possible, et en plus, tout noir, quelle tristesse!

Etape 2

Une fois tous mes cables autour de moi, je les associe avec leur objet, comme mentionné plus haut, simplement comme ça je sais si ils sont déjà utiles à quelque chose ou pas.

Maintenant que tu as tout rassemblé. Réfléchis à tout cela, tous ces objets, ces cables, ces montres connectées, vidéo, telephone (S) car il y en a certainement plusieurs avec l’obsolescence contrôlée. As tu besoin de tout cela ? Avec les cables viennent les objets, donc tu peux te séparer de l’objet pour te séparer du cable.

Je me lance, et pour ma part, j’ai sacrément réduit. J’ai mis en carton à vendre, hop, sur les petites annonces, une photo, qu’importe qu’elle soit “parfaite”, elle est faite! Annonce publiée, l’article va en carton. Si il n’est pas vendu sous 1 mois ou deux, il finira chez emmaus ou en déchetterie selon ce que c’est.

Etape 3

Tous ceux qui ne sont pas associés à un objet, hop, déchetterie. Et pour les autres, le tri commence, car avec le cable vient l’objet.

Maintenant pour ceux qu’il reste. As tu besoin de tous les cables pour tes disques durs ? Combien de port USB As tu ? 2, 3 ? ok, bon alors tu ne peux pas connecter plus de 2 cables à la fois, tu peux donc te limiter à max 2 cables USB par type de disque. Si tu as 5 disques USB 3.0, vire 3 cables, car tu ne peux de toute façon n’en connecter que 2 à la fois.

Idem pour les chargeurs USB & Cables ad-hoc. Tu as 5 appareils USB 3.1 (USB-C), tu charges en même temps? Peux tu différer les charges? Ok, donc ton Samsung, iPhone, Macbook, ton casque Bluetooth et tes disques durs sont en USB-C. Réduis à ce dont tu as vraiment besoin, dégage le reste.

Enfin… j’ai réduit. ce n’est certainement pas fini, mais chaque passage est une étape. Que ce soit le bureau, ou quelconque autre pièce, placard, boîte de rangement. le processus à engager reste le même, et il est finalement très simple. La preuve, j’y suis arrivé, et sincèrement, ça peut sembler un peu condescendant, mais il suffit de se rappeler que tout ce qui compte c’est ICI et MAINTENANT. Pas le passé, ou le futur hypothétique.

Donc non, je ne dis pas, pour ce qui est de certains articles annualisés comme le matériel de sport, ou certains plats saisonniers type Fondue ou Raclette, à voir… et encore, vraiment c’est selon. J’y reviendrais je pense, car je l’ai aussi fait… (oui oui, sérieusement… et tout ça pour un Stylo !)

Et pourquoi je fais tout ça ?

Alors, il serait juste de questionner ce tri, d’ou il vient, pourquoi, comment, et quel est son sens dans ma vie, pour moi. Et le fait est que là, je ne ressens pas le besoin d’avoir tout cela. Je l’ai ressenti auparavant, mais là pas, plus en fait. Avoir tout pour tout, j’ai vu, connu, eu besoin de ça, et là je reviens à l’essentiel, finalement à la simplicité, à cette épuration de ce qui ne sert pas.

Je ressens à l’intérieur une légèreté, une souplesse, malgré parfois des tensions bien entendu, comme tout le monde, ça n’empêche pas des frustrations, des colères, mais là, déjà, ça limite tout ça pour moi.

Car tout prends sens quand on le fait, mais uniquement si cela fait sens pour nous, et pas pour les autres. Ce n’est pas parce que qq’un adore le foot que dois aimer cela. Par contre je peux aimer le fait qu’il aime le foot. Ici pour la recherche de sens, c’est mon parcours, et ce n’est pas forcément le parcours de chacun, de tous, Chacun sa sauce, chacun son plaisir, et sa recherche intérieure.

MEANING MY LIFE

Vivre en mode minimaliste, simplement, facilement, sans complexe.

Le Savon 4 en 1, recette facile

Alors, si t’es là, c’est que t’as envie de connaître la recette merveilleuse du savon 4 en 1 dont je te parlais dans l’article précédent sur “Prends soin de ton corps”. Ce super moyen de t’éviter de te remplir de toxicité à tout va, avec plein de bons produits marqués E123, ou finissant par je sais pas quelle composition chimique de pur bonheur.

Bon, je ne vais pas tourner 1000 mots autour du pot, même si Google adore les mots, 300 à ce qu’il parait, minimum, et plein de répétitions, des mots de coordination et bien d’autres trucs. Ici on s’en fout, t’as raison, on cause Recettes de savon, on cause bio, minimalisme et signification de la vie.

T’as pigé, sur cet article, le savon c’est la vie. Dans d’autres ça sera le gras, ou le chocolat, ou le sexe, ou la méditation, le reiki, l’hypnose, enfin bref… en gros LA VIE C’EST LA VIE !

Ainsi (coordination… ok ok j’arrête là).

Bon, alors j’ai réalisé avec du temps de recherche un peu partout, qu’en fait les gens n’aiment pas le savon en barre, parce que c’est plein de germes, mais le plus bactéricide et le plus efficace des savons quel qu’il soit, c’est le Savon D’Alep et le savon de Marseille.

Gaffe toi avec ça, y’a diverses compositions, et le vrai il est rugueux, en fait il est même hyper moche à regarder, il ne brille pas, il est Matte, brun et vert à l’intérieur. Ca vient du fait qu’il est fait a 99% d’huile d’olive et 1% d’huile de baie de laurier. Oui, et il este chauffé avec de la soude, pour en faire un bloc qui va maturer pendant quelques années.

Alors, tu peux en acheter, ça vaut genre dans les 7 a 8 francs (idem en euros actuellement) pour un bon savon d’Alep, et avec ça t’as un bloc qui va te durer un moment.

Comment je fais un 4 en 1 alors ?

Tu coupes au couteau (comme si tu râpais, mais j’évite la râpe parce que je veux éviter de totalement désagréger mon bloc de Savon si j’en ai besoin pour le voyage).

Ingrédients :

  • 3 Cuillères à soupe de savon d’alep
  • 500ml d’eau
  • 2 Cuillères à soupe d’huile d’olive (bio, pressée à froid)
  • 1 Cuillère à soupe de Miel
  • quelques gouttes d’H.E. Arbre à thé, lavande ou Citronelle

Comment on fait ?

Saches que je suis un débutant total, et que moi le bio, vegan, hyper fit, hyper light, tout super bien d’Instagram totalement polishé picoBello c’est pas mon kif. Moi perso, si ça fonctionne, c’est nickel, si c’est bon, c’est top. mais si c’est beau, finalement je m’en contre-fiche royalement (sauf si c’est du design, alors là, c’est design et c’est normal, mais pour du savon ou gel douche… sérieux).

  1. Faire bouillir l’eau
  2. Mettre le savon dans l’eau et le laisser se dissoudre
  3. Retirer du feu
  4. Ajouter le miel et laisser dissoudre
  5. Laisser refroidir
  6. Ajouter l’huile d’olive
  7. Mixer au batteur, ou mélanger avec un fouet à main
  8. Ajouter les Huiles Essentielles au mélange froid
  9. Mettre en bouteille

Voila, C’est hyper simple, rapide, efficace. Vous avez un gel douche à partir d’un cube de Savon D’Alep.

Le Savon D’Alep, comme c’est du laurier et de l’huile d’olive, c’est hyper hydratant, et c’est anti-sceptique, c’est donc le savon idéal pour gel-douche, shampooing, en utilisant le même. et Gel à raser.

Personnellement, pour me raser, je préfère couper un bout de la barre et frotter avec, ça mousse super bien, et je me rase direct avec ça. Je garde le Gel Douche pour me raser sous la douche sans m’embêter quand ça arrive.

Bonus de ce savon

Tu t’es jamais fait emmerder à la douane de l’aéroport, et t’as du y laisser tes produits ? Les boules hein! Eh bien avec ce savon là, plus de souci. Tu prends un bloc, et tu peux te faire ton petit récipient à la taille que tu veux avec ton savon. Autre truc cool, si tu y met un peu d’eau bouillante qd t’arrive à l’hôtel (y’a toujours une bouilloire dans les hôtels dès 3*) sur un peu de ton bloc de savon que tu vas râper avec ton rasoir ou même avec ta carte de credit, bin t’as un gel douche fait sur place, quand tu en as besoin.

Heureusement on t’a pas piqué tes fringues, et t’as toujours ton stylo! Oui, parce que normalement, si t’as bien suivi… il ne t’en reste plus qu’un de stylo.

Hallucinant

Tu imagines quand même que là, je viens de t’expliquer comment passer de 2 gels douches différents, 1 shampooing, 1 gel à raser, des crèmes hydratantes, en plus du dentifrice à 1 solution 3 en 1 et un dentifrice.

Ah, et si tu te demandes, oui j’ai testé le Savon d’Alep en Dentifrice… y’en a qui le font, mais perso c’est franchement dégueulasse, et j’ai tellement pas aimé que je me suis dit que mon “meaning my life” était vraiment ailleurs, et que ça, ça n’avait pas de sens à ce stade dans ma vie que de réduire même mon dentifrice à ce même savon. Dentrifrice power en gros… Fuck le système.

>